Programmes télévisés

Télévision : les bébés ont autre chose à faire !

30/10/2007

Après BabyTV voici BabyFirst. Cette chaîne qui prétend s’adresser aux enfants à partir de 6 mois et jusqu’à trois ans, est disponible sur Canalsat et livrée avec le pack famille de la chaîne. Cet évènement relance le débat sur l’opportunité de chaînes destinées aux enfants en dessous de deux ans. L’UNAF considère la question avec toute la gravité qui s’impose. En effet ce sujet intéresse l’enfant dès les toutes premières périodes de son existence et concerne de près et de multiples façons la vie des familles.

Dans un passé encore récent, il ne venait à personne l’idée que la télévision puisse s’adresser aux bébés. Aujourd’hui, non seulement des chaînes conçoivent des programmes à leur intention mais elles semblent se multiplier (Baby First, Baby Einstein, Baby TV, etc.) Comment a pu s’opérer ce renversement de situation ?

Faisons un détour par les présentations que font les diffuseurs de ces chaînes dites adaptées aux "tout-petits" afin de repérer leur argumentaire promotionnel et de légitimation : au départ, il y aurait un constat en double dimension : les bébés regardent déjà la télévision mais ils y trouvent des émissions qui ne leur sont pas destinées. C’est pourquoi il convenait de concevoir des programmes adaptés. Par ailleurs, l’environnement de l’enfant n’est pas toujours suffisant pour l’aider à développer son cerveau, la télévision pourrait pallier les manques. A partir de ces pré-requis il ne restait plus qu’à séduire les parents en leur affirmant que la télévision peut contribuer à éveiller les tout-petits et, qui plus est, les aider à s’endormir (la chaîne émet 24 H/24).

L’absence de toute publicité est un autre argument de poids pour lever les dernières craintes qui pourraient se manifester face à un tel projet. Et, si par hasard, persistaient encore certaines réticences qui seraient susceptibles de se transformer en résistances, quelques psys de service sont là pour rassurer.

Pourtant, les praticiens et spécialistes de la petite enfance ne sont pas tous d’accord, loin s’en faut ! Les premiers mois du petit homme sont organisés autour des soins qui lui sont apportés : alimentation, toilette, repos, promenades, etc. Pour paraître ordinaires ils n’en sont pas moins importants car c’est à travers eux que le bébé est en relation avec son entourage humain immédiat et qu’il découvre le monde qui l’entoure. Ces expériences sont essentielles et irremplaçables, aucune télévision ne pourra bien évidemment s’y substituer. Dans les tous premiers mois de sa vie, l’enfant découvre le monde par son corps et par ses sens, c’est la phase sensori-motrice décrite par Piaget. De quelle utilité peut être la télévision au cours de cette période de la vie ?

L’émergence de chaînes pour bébés a été à l’origine d’une étude récente conduite par une équipe de chercheurs américains. Selon ceux-ci il semblerait par exemple qu’en dessous de deux ans un enfant ne peut retrouver un jouet caché sous ses yeux quand cette scène est représentée à l’écran. En revanche il est en capacité de retrouver le jouet lorsque ce dernier a été caché derrière une fenêtre. De plus, à cet âge, les bébés ne sont pas en mesure d’associer correctement le monde en deux dimensions de la télévision avec les trois dimensions de leurs expériences du monde réel.

Par conséquent, non seulement la télévision en dessous de deux ans n’est ni utile, ni adaptée à l’enfant, mais elle peut présenter des risques :

- Risques de fatigue : la capacité d’attention et de concentration des bébés est très limitée (par séquence de quelques minutes), le temps maximum d’exposition à la télévision de 18 mois à 3 ans se situe, selon l’âge, entre 10 à 30 mn. N’oublions pas que, une fois placé devant la télé, le bébé n’a pas la possibilité d’y échapper !

- Risque d’ancrer cette habitude dans sa vie. Or, on sait combien les habitudes prises dans la petite-enfance sont difficiles à défaire ;

- Risque de dépendance : les enfants habitués dès le plus jeune âge à la télévision s’en passent beaucoup plus difficilement. Ce temps passé devant la télé est alors du temps ôté à d’autres activités nécessaires à son développement.

Si aujourd’hui une chaîne comme BabyFirst s’abstient de toute publicité, il est à craindre qu’il n’en soit pas toujours ainsi. L’objectif pourrait être en premier lieu de banaliser la situation : bébé-télévision pour donner le temps à l’audience de se constituer. Une fois que celle-ci sera jugée suffisante, il est fort à parier que nombre d’annonceurs se manifesteront. Enfin, il semble que les professionnels de la publicité sont en mesure de concevoir des messages en direction des bébés dès leurs premiers mois. Mais les recherches se poursuivent, ils espèrent pouvoir atteindre le futur petit homme dès sa vie intra-utérine. Ne serait-ce pas là que résiderait la véritable motivation des chaînes dites pour bébés ?

Haut de page