Colloque

Impact de la télévision sur la santé et le développement psychomoteur des tous petits

26/05/2008

Illustration article

L’UNAF était représentée à la journée organisée par le Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la vie associative, le 16 avril 2008. Il s’agissait de recueillir l’avis d’experts sur l’impact de la télévision sur la santé et le développement psychomoteur des tous petits.

Le groupe de travail était constitué de 24 experts de spécialisations diverses : psychomotricité, pédiatrie, psychiatrie, neurologie, santé mentale ainsi que de représentants de l’INPES et de la Direction Générale de la Santé .

Ce groupe d’experts a procédé à diverses auditions : celles du Comité national de l’enfance, du CIEM, (qui a donné lieu à un communiqué de presse) de l’ANAPSY, celle également d’un psychiatre, d’une psychanalyste et de la directrice des programmes de CanalSat qui diffuse la chaîne BabyFirst.

Trois questions ont été posées par la présidente de séance Dominique de Penanster à ce groupe d’experts :

- 1) Est-il légitime de distinguer deux groupes d’âges (les moins de 2 ans et les 2-3 ans) ?
- 2) Ces chaînes contribuent-elles véritablement au développement de leur langage, à l’apprentissage et à l’éveil intellectuel ?
- 3) Sont-elles au contraire susceptibles d’avoir un effet délétère sur la capacité d’attention de l’enfant et sur son développement ?

Les membres du groupe de travail ont unanimement exprimé leur grande préoccupation et souligné le caractère dangereux que peuvent représenter ces chaînes qui prétendent s’adresser aux bébés.

En effet, le bon développement du tous petits passe par des pré-requis indispensables, notamment :

- une relation étroite avec l’entourage immédiat et notamment la mère ;
- des échanges sensori-moteurs qui ne peuvent se faire que par le biais de l’environnement en trois dimensions du bébé ;
- une participation-action de l’adulte avec l’enfant ;
- la possibilité pour l’enfant de choisir ses activités, leur début et leur fin…

A l’évidence, la télévision n’assure pas ces conditions essentielles au bon développement du bébé. Elle risque même d’entraîner un certain nombre de complications :

- sous stimulation de l’enfant par ses parents ;
- risque de dépression du nourrisson ;
- perte dans l’acquisition du langage ;
- trouble de la vue ;
- trouble de la socialisation…

Les experts ont tenu à rappeler que nous avons affaire à des bébés qui ne perçoivent pas le monde comme les adultes. Ils ont une représentation de leur corps et des objets qui les entourent et qu’ils manipulent, morcelée. Ils ne distinguent pas ce qui vient de l’intérieur de ce qui émane de l’extérieur. Ils ne reconnaissent pas la bidimentionnalité de l’image qui est une compétence qui s’apprend et ne peuvent donner sens aux images auxquelles ils sont exposés. Par ailleurs ils n’ont pas les moyens de contenir leurs expériences psychiques et notamment celles qui seraient suscitées par la télévision.

Les experts reconnaissent qu’ils y aurait lieu de poursuivre les études et les recherches à ce sujet. Néanmoins dans l’immédiat ils se réfèrent aux résultats des études conduites aux Etats-Unis et en Allemagne notamment sur la télévision et les bébés qui sont plutôt alarmants et aux connaissances actuelles sur le développement du bébé qu’ils estiment suffisamment solides pour demander à ce que soit appliqué les principes de précaution et de protection des mineurs. Un avis a été rédigé dans ce sens.

Rappelons qu’à l’issue de cette rencontre, l’UNAF et le CIEM ont, par voie de presse, communiqué.
- L’UNAF
- Le CIEM

et qu’en date du 5 mai dernier, François Fondard, Président de l’UNAF, accompagné de Guillemette Leneveu, Directrice générale, avait été reçu par Michel Boyon, Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). L’entretien, auquel assistaient également deux conseillers du CSA, Agnès Vincent-Deray et Marie-Laure Denis, avait porté essentiellement sur les chaînes Bébés (Baby TV et Baby First), programmes audiovisuels diffusés en continu et à destination des tous petits, qui interpellent vivement l’UNAF.

Lire l’article http://www.unaf.fr/article.php3?id_article=7039


Photo par Bir Yudum SU - Creative Commons CC BY - source Flickr
Haut de page