Voeux 2010

L’UNAF a assisté à la cérémonie des voeux de Jean-Louis Borloo, ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer

18/01/2010

L’UNAF, représentée par Simone Sitbon, Chargée de mission, était présente le 12 janvier dernier, à la cérémonie des vœux de Jean-Louis Borloo, ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer et au lancement de l’année internationale de la biodiversité.

Le discours du ministre a porté sur l’évidence d’un changement culturel pour affronter les nouveaux défis du 21ème siècle, entraînant une mutation exceptionnelle de notre société dont on sait qu’elle peut multiplier les fragilités mais qui est également facteur de renouvellement.
Il convient d’être attentif et d’accompagner "sans drame" et de manière pragmatique, responsable et solidaire cette "métamorphose" qualifiée ainsi par Edgar Morin du fait qu’elle réorganise les rapports de l’homme et du vivant qui vient à saturation.

Le ministre a relevé que la norme de 50 kWh/m²/an était désormais une référence dans la construction, que le logement social allait bénéficier de la rénovation thermique et que le PTZ (prêt à taux zéro) se développait favorablement.
Des secteurs économiques émergents, producteurs d’énergies renouvelables, deviennent créateurs d’emplois "verts". Il a salué le travail des parlementaires, unique, exemplaire et démocratique qui conduit à l’adoption des lois Grenelle 1 et 2.

Trois vœux ont été prononcés :

- réussir le passage d’une société de l’immédiat à une société à responsabilité écologique et sociale,
- garder la volonté de consensus et agir tous ensemble, sans laisser personne sur le bord du chemin,
- défendre, avec plus d’efficacité dans les négociations internationales, nos approches qui sont les plus globales, partagées et abouties, par une meilleure prise en compte des cultures des pays partenaires.

La France s’engagera en 2010 dans la lutte contre la perte de la biodiversité par un moratoire sur le requin-taupe, la protection du thon rouge, l’édification des trames vertes et bleues et par la création d’une Agence nationale de la Nature.

La biodiversité, a rappelé le ministre, est "notre assurance vie", "soigner le mal de terre et de mer, c’est soigner le mal de vivre" et "rien ne serait plus inhumain que si nous n’étions qu’entre humains".

Site officiel à consulter : http://www.biodiversite2010.fr/index.html

Haut de page