Dernière session du CESE consacrée au thème de "La certification des entreprises dans le domaine de la santé au travail"

28/06/2010

Illustration article

Le Conseil Économique, Social et Environnemental, s’est réuni en assemblée plénière les 22 et 23 juin 2010. A l’ordre du jour de la session était inscrite la question suivante : "La certification des entreprises dans le domaine de la santé au travail", rapporteur M. Christian Dellacherie, au nom de la section du travail. Retrouvez en ligne, la déclaration du groupe de l’UNAF.

DECLARATION ECRITE DU GROUPE DE L’UNAF (annexée au Journal Officiel)

Par le présent avis, une réponse nuancée et circonstanciée est apportée à la demande du Premier Ministre sur la faisabilité de la mise en œuvre en France d’un système de certification volontaire des entreprises dans le domaine de la santé au travail.

Loin d’une réponse caricaturale « pro » ou « anti » démarche de certification, le temps est pris de remonter aux constats en matière de risques professionnels pour rappeler sans concession : l’explosion des risques professionnels, l’émergence des risques psychosociaux et – ce qui laisse à réfléchir – les sorties précoces de l’emploi pour raisons de santé.

Fort de ces constats, l’avis souligne les critiques, et les limites, qui entourent aujourd’hui la certification et arrive à une première conclusion : ne pas faire de la certification un objectif ou un but.
En effet, ce n’est pas tant la certification formelle qui amène une amélioration de la santé et de la sécurité au travail mais la volonté et l’implication des dirigeants dans un système de management de santé et de sécurité au travail adapté aux particularités de l’entreprise.
Le Groupe de l’UNAF partage la recommandation visant à reconnaître la juste place de la certification comme étape supplémentaire de cette démarche en tant qu’outil de progrès et de qualité pouvant permettre d’améliorer la santé au travail.

Autre point essentiel pour le Groupe de l’UNAF, il ne suffit pas de placer la santé et la sécurité au travail au sein du système de management global de l’entreprise, pour atteindre des résultats concrets. Mais il est nécessaire voire indispensable de consulter et d’associer les salariés à toutes les étapes de cette démarche.

La mise en œuvre d’un système de management de la santé au travail est recommandée à condition qu’un certain nombre de valeurs essentielles et de bonnes pratiques de prévention soient adoptées. Il s’agit donc d’un élément important du dialogue social dans l’entreprise. Si la santé au travail se retrouve sur les deux faces d’une même pièce, avec d’une part une souffrance qu’il faut prévenir et d’autre part un bien-être qu’il faut construire, il en va de l’intérêt commun des salariés comme de l’entreprise, de valoriser la qualité de vie individuelle et sociale comme les termes d’efficacité des activités productives. Le Groupe de l’UNAF considère que la santé et la sécurité au travail sont des facteurs indispensables pour une vie familiale harmonieuse et équilibrée afin de répondre à l’enjeu fondamental de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale.

Le Groupe de l’UNAF a voté favorablement l’avis.

@ : cmenard@unaf.fr

Haut de page