L’UNAF partenaire du colloque européen "Copropriété et développement durable en Europe"

26/07/2010

Illustration article

Le monde de la Copropriété en France - c’est-à-dire les syndics, les copropriétaires, les architectes, les bureaux d’études, les collectivités, les prestataires, etc. - s’interroge sur la façon d’atteindre au mieux les objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement. Pour y parvenir, l’association Planète Copropriété a organisé un colloque européen les 1er et 2 juillet derniers sur le thème « La copropriété et le développement durable en Europe », au cours duquel, l’UNAF est intervenue.

En effet, de nombreuses familles vivent aujourd’hui en copropriété, sont locataires ou propriétaires occupants et ce colloque a été, pour l’UNAF, l’occasion d’appréhender de plus près la réalité de vie des familles en copropriétés et d’être un partenaire actif et proposant. Ce colloque a permis à de nombreux spécialistes français et européens de pouvoir échanger, identifier les problèmes et les dispositifs efficaces mis en œuvre ou en cours d’expérimentation en France et en Europe et de valider les plus innovants et les plus efficaces.

Huit tables-rondes se sont succédées lire en rappel le thème de chacune d’entre elles. Eric Comparat, Administrateur et Président du Département Habitat et Cadre de Vie de l’UNAF, est intervenu au cours de la table ronde consacrée au thème "Les freins et les moteurs en matière de financement".
Il a présenté la mission de représentation et de défense des intérêts de toutes les familles, où qu’elles vivent et quel que soit leur statut de propriétaire ou de locataire de l’Institution familiale, et son engagement pour les 3 années à venir sur "Rien de durable sans les familles".
Ont été abordés également les principales préoccupations des familles en matière de logement, les enjeux pour les années à venir, et l’implication de l’UNAF dans le Plan bâtiment du Grenelle.

L’UNAF a insisté sur l’augmentation constante du taux d’effort des familles avec des dépenses de charges devenues totalement incontrôlables et insupportables. La part des charges qui représentait 20% de la dépense logement, représente aujourd’hui souvent 40%, et cette tendance va s’amplifier. Des familles s’endettent aujourd’hui pour pouvoir payer leurs charges et se retrouvent de plus en plus en situation de surendettement.
On constate également qu’il y a bien plus "d’expulsions financières", liées à des impayés de mensualité de remboursement pour les familles en accession à la propriété, que d’expulsions locatives. Ainsi l’enjeu, pour les familles dans les années à venir, est la maîtrise des charges et une amélioration des performances énergétiques des logements.

Le groupe de travail « Sensibilisation des ménages et des entreprises et l’évaluation des changements de comportements », présidé par l’UNAF, a été sollicité par Philippe Pelletier, Président du Comité stratégique du Plan Bâtiment Grenelle, pour analyser la perception qu’ont les ménages de l’éco-prêt à taux zéro.
Parmi les éléments observés il apparait qu’en matière d’amélioration de l’habitat, les familles se retrouvent à devoir choisir, selon leur âge, entre les objectifs d’accessibilité ou d’adaptation au vieillissement, d’économies d’énergie, de confort au sens large et de sécurité. Il y a inévitablement conflit entre ces priorités car on ne peut pas tout faire.
Dans le même temps, les familles sont souvent confrontées au manque d’information et de lisibilité des dispositifs, sachant qu’en matière de travaux d’économie d’énergie le retour sur investissement est imprécis. Or, la valeur du bien logement sera, dans les années à venir, totalement dépendante de son efficacité énergétique.

L’UNAF a enfin rappelé qu’elle était favorable à la création d’un fonds de travaux obligatoire dans les copropriétés.

@ : mmendes@unaf.fr


PDF - 1.8 Mo


Haut de page