Communiqué de presse n°25.27.09.10

Réforme des retraites : L’UNAF demande un moratoire pour les mères de famille

27/09/2010

Concernant la retraite, les femmes sont loin d’être égales aux hommes. Même si la réduction de ces inégalités est « prévue » pour 2020, la réforme des retraites qui se décide aujourd’hui va encore creuser les écarts. L’UNAF demande donc, qu’en attendant, une mesure transitoire soit accordée aux mères, qui sont les plus touchées.

Aujourd’hui, les voyants sont au rouge concernant les inégalités hommes/femmes en matière de retraite :
- Retraite moyenne 825 euros pour les femmes contre 1425 euros pour les hommes.
- Allocation minimum vieillesse : touchée majoritairement par des femmes (62 % en 2004)
- Validation de la retraite à taux plein : 44 % des femmes y arrivent contre 86 % des hommes.
Ces inégalités sont à l’image de celles qui persistent dans le monde du travail, où la rémunération brute moyenne des femmes à temps plein est toujours inférieure de 19 % à celle des hommes.

Des causes spécifiques aux femmes et aux mères


Les raisons de ces écarts sont multiples et bien connues. Elles pèsent surtout sur les mères de famille :
- une entrée plus tardive des jeunes femmes dans la vie active,
- l’impact de la maternité sur l’activité professionnelle : lors d’une naissance, 22 % des femmes déclarent cesser leur activité ; plus d’une femme sur deux réduit son activité professionnelle ou l’interrompt au troisième enfant, cette « inactivité » se concentrant aujourd’hui dans les années de la petite enfance,
- la persistance des inégalités salariales,
- l’activité à temps partiel.

Une mesure transitoire en attendant 2020


Les projections à l’horizon 2020 semblent annoncer une réduction des inégalités, qui ne nécessiterait plus de mesures transitoire en faveur femmes. En effet, entre 2010 et 2020, la durée moyenne d’assurance devrait stagner chez les hommes, alors qu’elle continuerait à augmenter chez les femmes. Il faudrait tout de même attendre 2020 pour qu’il y ait enfin équivalence entre hommes et femmes.

Si cette reforme, ne prend pas en compte cette inégalité, elle aggrave encore le sort des femmes. Il est donc indispensable que la réduction des inégalités entre les hommes et les femmes soit la priorité de cette réforme des retraites.

L’UNAF appelle donc à un moratoire pour les mères de famille en maintenant à 65 ans l’âge de bénéfice du taux plein.

CP-25 retraite L’UNAF demande un moratoire pour les mères de famille
PDF - 26.9 ko


Haut de page