Dépèche de l’Agence Focus

Le Parlement européen vote l’allongement du congé maternité de 14 à 20 semaines dans l’UE

25/10/2010

Illustration article

Bruxelles (Focus)

Le Parlement européen s’est prononcé mercredi midi par 390 voix contre 192 (et 59 abstentions) sur le rallongement du congé maternité en Europe de 14 à 20 semaines ( il est actuellement de 16 semaines en France), allant ainsi dans le sens des demandes des groupes socialistes, Verts et GUE/NGL qui ont salué le vote.

La règlementation adoptée étend le congé maternité minimal à 20 semaines et payé à 100% du dernier salaire mensuel ou du salaire mensuel moyen ; elle prévoit aussi deux semaines de « congé paternité », toujours à 100%. Selon le texte adopté, dans le cas où un congé pour évènements familiaux existe au niveau national, les quatre dernières semaines du congé pourront être considérées comme un congé de maternité payé au minimum à 75%.

En ce qui concerne le congé de paternité, les États membres sont invités à faire bénéficier les pères d’un congé de paternité entièrement rémunéré d’au moins deux semaines au cours de la période de congé maternité, indique le texte adopté.

Le Parlement a également adopté mercredi des amendements pour « interdire le licenciement des travailleuses enceintes dès le début d’une grossesse et jusqu’à six mois, au minimum, après le terme du congé de maternité ». Les eurodéputés ont également précisé que les femmes doivent pouvoir retrouver leur emploi ou un « poste équivalent », avec le même salaire, dans la même catégorie professionnelle et dans le même type de fonctions que ceux qu’elles avaient avant le congé de maternité.

Le Parlement européen a encore précisé que les travailleuses ne devaient pas être obligées de travailler la nuit ou ni d’effectuer des heures supplémentaires au cours des 10 semaines précédant l’accouchement et pendant toute la durée de l’allaitement maternel.

Les députés UMP français, à l’image de Mme Morin-Chartier, étaient contre cette proposition qu’ils estiment « irresponsable et démagogue » et misent maintenant sur une opposition prochaine du Conseil à la position adoptée par le Parlement.

Haut de page