La ministre de l’Ecologie préside son premier Comité national du développement durable et du Grenelle Environnement (CNDDGE)

31/01/2011

Illustration article

L’UNAF, représentée par Dominique Allaume-Bobe, administratrice en charge du Développement durable et Simone Sitbon, Chargée de mission, a participé le 26 janvier 2011 au Comité National du Développement Durable et du Grenelle Environnement (CNDDGE), présidé pour la première fois depuis sa prise de fonction, par Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

"Dans un contexte de crise économique et de montée de résistance au changement", la Ministre a insisté sur la remobilisation des acteurs pour défendre le projet de société positif que porte le Grenelle de l’environnement et pour que sa mise en œuvre concrète intervienne sur tous les territoires et dans tous les secteurs (économiques et financiers).

Cette première réunion depuis le remaniement ministériel était un moment attendu sur le futur ton du dialogue, avec l’ensemble des parties prenantes. Différents points ont été abordés parmi lesquels :

Le climat : le rapport sur les deux scénarios climatiques et Cancun

Jean Jouzel a présenté les résultats de la mission qu’il a conduite sur les scénarios climatiques. Le ministre d’Etat lui avait commandé une étude en vue de la préparation du plan national d’adaptation pour 2011 qui doit prévoir des choix d’investissements en termes d’urbanisation, d’énergies, de transports, de forêts et d’agriculture, de tourisme,…). Plus d’infos sur ce rapport.

Le Schéma national des infrastructures de transport (SNIT)

Le rapport consolidé sur le SNIT a été distribué en séance et n’a pu faire l’objet de véritable débat. Un groupe de travail thématique du CNDDGE devrait être mis en place tout prochainement avec une séance extraordinaire car de nombreuses questions demeurent et la consultation publique devrait intervenir dans un mois. Le SNIT doit également intégrer le changement climatique dans son approche. A noter enfin que le CESE devrait être saisi sur le SNIT.

Le Grenelle de l’Environnement

Le bilan : 268 engagements, 5% de textes réglementaires parus, 200 décrets prévus dont 135 déjà au Conseil d’Etat pour 2011, 10 milliards d’investissements dégagés, année de la maturité mais aussi une année paradoxale car il faut sortir du « coup de mou » que subit le Grenelle dû à plusieurs facteurs : crise économique, résistance aux changement, manque de lisibilité des travaux, abandon de la taxe carbone, Copenhague et silence médiatique sur les avancées telles que l’énergie éolienne offshore...

La prise en compte de l’environnement et du Développement durable est irréversible mais il faut être en capacité de réagir et d’ajuster en permanence. Le virage économique vert (bio, réglementation thermique 2012, investissements verts, reporting environnemental dans les entreprises de plus de 500 salariés…) est pris mais il doit permettre de maintenir la compétitivité de la France.

Les pistes à développer : Il est nécessaire de se constituer un réseau d’acteurs du Grenelle qui pourront essaimer en régions et motiver d’autres réseaux. Le ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement proposera des outils tels que des tableaux de bord mensuels sur les décrets parus, lancement d’une newsletter « Planète Grenelle » dans le but de sensibiliser les citoyens. Un effort devra être fait également à l’attention des élus locaux.

Les chantiers en cours : sont concernés : l’étiquetage environnemental, les investissements verts, la fiscalité du patrimoine naturel, les éco-cités et éco-quartiers, le photovoltaique, le SNIT, la pollution lumineuse, le volet social écologique, le changement climatique...

@ : ssitbon@unaf.fr

Haut de page