European Consumer Summit 2011 - atelier sur l’éducation à la consommation

26/04/2011

Illustration article

Le "European Consumer Summit" (Sommet européen du consommateur), organisé, les 11 et 12 avril, pour la troisième fois sur ce modèle par la Direction Générale Sanco (Santé-Consommation) de la Commission européenne, remplace l’Assemblée générale annuelle des consommateurs, qui avait l’inconvénient de ne pas laisser assez de place aux débats et échanges entre participants.

La nouvelle structure met en présence, outre les représentants des consommateurs de différents pays membres de l’UE, des représentants du monde universitaire et de l’industrie.

Une animation particulièrement dynamique a permis aux participants de s’exprimer dans 6 ateliers distincts :

- Les consommateurs et le marché ;
- Renforcer la participation ;
- Mode alternatif de règlement des conflits ;
- Renforcer la voix des consommateurs ;
- Information ;
- Éducation.

Nicolas Revenu, chargé de mission à l’UNAF, a représenté la Confédération des organisations familiales de l’Union Européenne(COFACE) en tant que président du Groupe de Travail Consommation, santé, services de cette organisation. Il a participé à l’atelier "Education".

Les notes fournies par le rapporteur du groupe donnent une idée de l’étendue des réflexions et de leurs directions. On retiendra en particulier quelques idées-force :

- La diversité des participants a fait ressortir un large spectre de sujets d’intérêt.
- Un besoin spécifique de formation pour les populations des pays de l’Europe de l’Est nouvellement entrés dans l’UE.
- L’importance première du thème du budget familial (qui commande toutes les décisions de consommation).
- L’importance du thème de l’alimentation avec ses répercutions sur la santé (nutrition) et la sécurité (hygiène)
- L’utilisation des nombreux outils existants est soumise aux possibilités d’appropriation des intervenants (enseignants ou ONG).
- L’éducation à la consommation, pour avoir des effets durables, doit être entreprise au plus tôt (quelle place dans les programmes officiels éducatifs ?)

La Commission européenne tirera profit de ces réflexions pour fixer son programme de travail.

Les travaux se sont déroulés exclusivement en anglais. Ceci explique la prééminence de participants venant d’organismes européens basés à Bruxelles et le faible nombre de représentants venant directement d’un Etat membre (hormis du Royaume-Uni).

- Site du sommet

@ : nrevenu@unaf.fr


PDF - 263.4 ko


Haut de page