Note de problématique

02/05/2011

Selon un sondage IPSOS de 2010 pour la Miviludes, pour 66% des Français les mouvements sectaires représentent une menace « importante » pour la démocratie.

Au niveau individuel, 42% perçoivent les sectes comme une menace pour leur entourage familial et amical, et 30% pour eux-mêmes.

En outre, 25% des personnes interrogées déclarent avoir « été personnellement contactées par une secte ou les membres d’une secte » et plus de 20% d’entre elles connaissent dans leur « entourage familial, amical ou professionnel une ou plusieurs victimes de dérives sectaires ».

Ainsi, le phénomène sectaire atteint quelque 500.000 français de manière directe ou indirecte.

De nombreuses personnes sont ainsi conduites chaque année à abandonner une part de leur liberté, voire tout ce qui fait leur environnement et à l’extrême leur vie elle-même, à un individu ou à un groupe.

Toutes les couches sociales, tous les secteurs d’activité y compris les milieux institutionnels, économiques, universitaires, juridiques, médicaux, éducatifs ou sportifs sont concernés par la présence permanente et insidieuse des organisations à caractère sectaire. Une société en crise constitue évidemment un terreau favorable pour des organisations avides de pouvoirs et de profits. Il est notamment frappant de constater que le secteur de la santé et du développement personnel sont les plus ciblés par les groupes sectaires.

Face à ce défi, comment assurer la protection de la liberté et de la sécurité dans le respect de la loi ?

Quel peut-être le rôle de l’Europe ? Un espace juridique européen doté d’un cadre législatif visant les activités illégales des organisations à caractère sectaire est-il une réponse adaptée ?

Que faire pour éclairer les personnes susceptibles de tomber sous emprise sectaire ? Quels dispositifs de prévention renforcer ou développer ?

Comment agir auprès des personnes sous emprise ? Des traitements efficaces existent-ils ?

Quels dispositifs particuliers pour les mineurs ?

Des secteurs d’activités sont-ils plus sensibles au risque de dérives sectaires ?

Programme de la conférence

Haut de page