Communiqué de presse n°10.09.05.11

Europe : Des bons points pour la politique familiale française

09/05/2011

Illustration article

Alors que les pays européens sont confrontés à une baisse de la natalité qui met en péril leurs systèmes de protection sociale et en particulier les systèmes de retraite, le Comité économique et social européen vient de rendre un avis montrant que la France occupe une position favorable sur plusieurs dimensions de la vie familiale en lien avec la vie professionnelle. Deux indicateurs le révèlent : une fécondité proche du niveau permettant le remplacement des générations, et un taux d’emploi des femmes supérieur à la moyenne européenne.

Le rapport de l’OCDE « Assurer le bien-être des familles » publié fin avril et l’avis du Comité économique et social européen « le rôle de la politique familiale dans le processus de changement démographique afin de partager les meilleures pratiques dans les Etats membres » adopté à une large majorité le 4 mai, détaillent les clés de la réussite d’une politique familiale. L’enjeu n’est pas de faire un satisfecit sur la politique de tel ou tel pays mais de dégager les raisons des politiques qui fonctionnent.

La recette européenne d’une politique familiale efficace

Le Comité économique et social européen a dressé ainsi le tableau d’une politique familiale efficace.
- une politique familiale est un ensemble : des mesures fiscales et des allocations, pour l’aspect financier, des mesures d’égalité entre les femmes et les hommes et de conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle pour donner le temps d’être parents et enfin des services pour permettre aux parents de travailler. Une fécondité élevée passe donc par un taux de travail féminin élevé et encore mieux par un partage égal des tâches familiales entre l’homme et la femme.
- la politique familiale doit être accompagnée d’une politique de l’emploi et d’une politique du logement pour permettre aux couples de s’engager dans un projet familial.
- une politique familiale efficace doit être durable et s’inscrire dans le long terme.
- la fiscalité doit favoriser les familles.
- une reconnaissance sociale des familles par des associations chargées par les pouvoirs publics de représenter les familles, composantes de la société civile.
- la politique familiale doit être pensée tout au long de la vie des familles et non aux seuls moments de la petite enfance pour permettre des temps de congé pour s’occuper d’un adolescent en difficulté, d’un conjoint malade ou d’un parent en perte d’autonomie.

L’UNAF est satisfaite de voir ainsi mis en valeur et reconnus au niveau européen les éléments qui contribuent à la réussite de la politique familiale française, et qui doivent être encouragés.


Voir aussi : Audition publique : "Le rôle de la politique familiale dans le processus de changement démographique afin de partager les meilleures pratiques entre les Etats membres" - 21 mars 2011


PDF - 202 ko


Haut de page