Santé publique

"Bébés secoués" : la Haute Autorité de Santé livre ses recommandations en présence de l’UNAF

19/09/2011

Logo de la Haute autorité de santé

Chaque année, au moins 200 bébés sont victimes du syndrome du bébé secoué. C’est un problème de santé publique aux conséquences souvent irréparables car il provoque des lésions du système nerveux central graves et parfois fatales. Pour alerter les jeunes parents, la Haute autorité de santé (HAS) a présenté mardi 13 septembre dernier, devant de nombreux journalistes et personnalités dont, David Pioli, coordonnateur du pôle "Droit de la Famille et Protection de l’enfance" de l’UNAF, un ensemble de recommandations pour la conduite du diagnostic et la protection des enfants qui fait suite à une audition publique organisée par la Société française de médecine et de réadaptation (SOFMER), avec le soutien du Ministère de la santé. Plus d’infos.

Cette publication poursuit un double objectif : fournir aux médecins un "guide pratique" pour mieux repérer ce syndrome, l’enjeu majeur étant d’éviter le risque de récidives (qui se produisent dans plus de la moitié des cas), et prévenir en incitant les professionnels de santé à informer systématiquement tous les parents au moment de la naissance sur la gravité de ce geste et sur les moyens de l’éviter.

Un film vidéo de prévention accessible aux professionnels et au grand public est à visionner.

Mme Fabienne Quiriau, directrice de la Convention nationale des associations de protection de l’enfance (CNAPE) et coprésidente de la commission d’audition, a souligné, à juste titre, l’importance des actions d’accompagnement des parents menées durant la période post-natale, et notamment au domicile des parents, en complément des indispensables campagnes de sensibilisation et d’information.


Image : Logo de la Haute autorité de santé
Haut de page