Les débats au CESE : "Négociations climatiques internationales" et "mobilité des jeunes"

14/11/2011

Logo du CESE

Vous trouverez sous ce pli la note qui est établie après chaque assemblée plénière du Conseil économique social et environnemental. A l’ordre du jour de la session des 8 et 9 novembre 2011 étaient inscrites les questions suivantes : "Les négociations climatiques internationales à l’aune de la Conférence de Durban", rapporteur Céline Mesquida, au nom de la Section des Affaires européennes et internationales et "La mobilité des jeunes", rapporteur Jean-François Bernardin, au nom de la Section de l’Education, de la culture et de la communication.

"Les négociations climatiques internationales à l’aune de la Conférence de Durban"

Le principal enjeu des négociations à Durban sera la prolongation du protocole de Kyoto, seul instrument légal qui contraint actuellement les pays industrialisés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. La société civile par cet avis s’invite à la table des négociations avant l’heure, avec une feuille route précise et riche de propositions. Le présent avis place haut le niveau des exigences puisqu’il recommande de rechercher un accord global, une évaluation et une mesure des émissions de gaz à effet de serre.

Le Groupe de l’UNAF salue l’équilibre trouvé entre les deux leviers d’actions dans la lutte contre les changements climatiques :

- d’une part, la réduction des émissions de gaz à effet de serre,
- d’autre part, l’adaptation de la société pour prévenir les risques humains, environnementaux, matériels, et financiers induits par le réchauffement de la planète.

Le Groupe de l’UNAF partage pour une grande partie les préconisations et souhaite attirer l’attention sur trois d’entre elles en raison plus particulièrement de leur proximité avec les familles.

L’avis dans les constats prend le soin d’affirmer que les négociations climatiques sont un des moyens de lancer ou relancer la dynamique du moindre gaspillage à la condition que les populations et la société civile à travers le monde soient mobilisées. La représentation familiale est déjà associée aux travaux menés en matière de lutte contre le réchauffement de la planète et agit comme partenaire responsable dans la mise en œuvre des politiques pour réduire le gaspillage et développer par exemple un habitat durable. L’information de nos concitoyens doit être l’affaire de tous.

Le groupe de l’UNAF se retrouve dans la préconisation visant à la sortie de la société du gaspillage par des pistes concrètes sur l’affichage de l’empreinte environnementale des produits. Il tient à valoriser le concours "Familles à énergie positive engagées pour le climat". Les familles sont en première ligne et les actions menées par l’ADEME sont à favoriser en la matière.

Enfin l’approche aménagement des territoires retient l’attention du Groupe de l’UNAF. Les propositions visant à renforcer les collectivités locales dans la négociation et la possibilité pour les autorités locales de bénéficier directement des fonds climat, sont des pistes à encourager. En effet la diversité des territoires de la France doit être prise en compte avec un équilibre à respecter entre territoires urbains et territoires ruraux car les approches en termes de transport et de logement ne sont pas similaires et comparables sur tous les territoires.

Le Groupe de l’UNAF a voté l’avis.

"La mobilité des jeunes"

Etablir les perspectives de mobilités internationales, territoriales, sociales et culturelles ou professionnelles des jeunes n’a pas été chose facile et le Groupe de l’UNAF remercie le rapporteur pour son écoute tout au long de nos travaux.

Certains sociologues appréhendent la mobilité comme une compétence à acquérir par le jeune. Au niveau des familles cette ouverture n’est possible qu’à la condition indispensable de réduire les inégalités.

L’importance est soulignée dans l’avis de développer dès les classes primaires par l’intermédiaire des classes de découverte cet apprentissage, tout comme les séjours à l’étranger dans toutes les filières.

Le Groupe de l’UNAF partage cette nécessité car les bonnes habitudes se prennent jeunes. Pourtant aujourd’hui, trop peu de jeunes ont accès à cette mobilité pour des raisons diverses économiques ou de handicaps et par déficit d’informations. L’accessibilité au service civique pour tous est un bon moyen pour pallier ce déficit.

Le succès du programme Erasmus s’est consolidé bénéficiant ainsi à 30.221 étudiants ; chiffre cependant très faible au regard de 1,3 million d’étudiants inscrits dans les universités. Quant au programme Leonardo, seuls 2.000 apprentis ont été concernés. La France reçoit plus de jeunes étrangers, qu’elle ne permet le départ de jeunes français à l’étranger. Cette attractivité française est positive mais une réciprocité serait appréciable dans les échanges.

La mobilité à l’étranger des jeunes français est considérée comme un luxe car avec une bourse de 194,80 €/mois, elle est irréalisable sans des aides familiales. Le logement et le transport doivent trouver des solutions malgré la crise économique. Si la SNCF et Air France font des efforts pour les seniors, ils doivent être plus grands encore pour les jeunes.

La recommandation de l’avis sur la promotion d’un schéma régional et départemental est nécessaire et la contribution de la délégation à l’Outremer est pertinente tant elle alerte sur les difficultés rencontrées par les jeunes ultramarins.

Le Groupe de l’UNAF souhaite qu’en cette année 2011, les propositions de la délégation soient entendues afin de garantir l’accès à la formation de tous les jeunes de la République quelle que soient leurs origines géographiques.

La mobilité internationale des jeunes français pour leur formation exige aussi la facilitation au retour et la reconnaissance des efforts accomplis. L’équivalence avec les diplômes français doit être établie au niveau européen mais aussi plus largement à l’international. Le système LMD (Licence-Master-Doctorat) commun à toute l’Europe n’est pas encore totalement performant car les équivalences ne sont pas encore toutes établies.

Le Groupe de l’UNAF a voté l’avis.

@ : cmenard@unaf.fr


Image : Logo du CESE
Haut de page