Cinquième édition des Assises de la protection de l’enfance : le devenir de l’enfant au coeur des réflexions

19/12/2011

Affiche des 5e assises nationales de la protection de l’enfance

"Organisation de la prévention et du repérage, analyse des situations familiales, suivi de la prise en charge : si l’on s’interroge fréquemment sur le fonctionnement des dispositifs, c’est plus rarement le cas concernant l’impact réel des réponses sur l’enfant. Or, ni la loi du 5 mars 2007, ni celle de janvier 2002, n’ont pu encore favoriser ce type d’évaluation sans laquelle aucune amélioration ne peut être apportée sur ce qui constitue le fondement même de la protection de l’enfance : son devenir à l’issue de la prise en charge".

Organisées par le Journal de l’Action sociale en collaboration avec l’Observatoire national de l’action sociale décentralisée (Odas), le département de Paris, et en partenariat avec l’ensemble des associations du secteur dont l’UNAF, ces Assises ont rassemblé autour de riches débats, de nombreux intervenants, experts et professionnels de terrain, mais aussi des personnalités de la société civile. Au cœur des réflexions : le devenir de l’enfant.

Claude Greff, secrétaire d’État chargée de la Famille, qui a ouvert cette rencontre a mis en exergue la nécessaire adaptation à un monde en constante évolution et l’impulsion de réformes d’ampleur qui en découlent. Elle a souhaité que l’enfant soit placé au cœur des dispositifs de soutien à la parentalité et est revenue sur la création de « Maisons pour les Familles », destinées aux structures existantes et dont le cahier des charges sera diffusé par le Ministère très prochainement.

Romain Lévy, adjoint au maire de Paris chargé de la protection de l’enfance, qui participait également à cette journée a quant à lui mis en avant l’importance de la mise en place de schémas départementaux efficients pour lesquels les présidents des Conseils généraux se doivent d’être chefs de file. Il a en outre souligné la nécessaire implication de tous, et notamment de l’Etat, dans la prise en charge et l’accompagnement des mineurs isolés étrangers et a invité l’ensemble des acteurs à aborder cette question autrement que dans l’urgence, et avec équité.

Au programme de ces deux jours : 2 conférences plénières présentant les principaux travaux sur la performance du dispositif de protection de l’enfance et l’impact des réponses sur l’enfant, enrichies de 6 ateliers thématiques illustrés de nombreuses expériences, pour favoriser les échanges entre les participants.

L’UNAF, partenaire de l’ODAS dans l’organisation de cette journée était représentée dans trois des 6 ateliers proposés par François Edouard, Vice-président en charge du département "Droit de la famille et protection de l’enfance", Agnès Brousse, responsable du service Évaluation et développement des activités, David Pioli, Coordonnateur, Sophie Maggiani et Olivier Bouvelle, respectivement Coordonnateur, chargée de mission et assistant du Pôle "Droit, psychologie, sociologie de la famille".

A l’issue de ces deux journées, Dominique Baudis, Défenseur des droits, a salué la mutualisation des expériences en rappelant qu’il est nécessaire de garder à l’esprit l’intérêt supérieur de l’enfant. Il a en outre confirmé son implication constante et pérenne dans les dispositifs de protection de l’enfance – en intervenant à la fois en amont et en aval – et il a finalement appelé à fonder une coopération soutenue de dialogue et de confiance avec l’ensemble des partenaires institutionnels et acteurs de terrain.

@ : dpioli@unaf.fr


Image : Affiche des 5e assises nationales de la protection de l’enfance
Haut de page