L’UNAF actrice et signataire du recueil interassociatif "Investir sur la solidarité" : pour une solidarité associative complémentaire d’une solidarité publique

09/01/2012

Couverture du recueil "Investir sur la solidarité"

Appel interassociatif : "Investir sur la solidarité"

Le 5 janvier dernier, le Président de l’UNAF, François Fondard, est intervenu à l’occasion du lancement du recueil « Investir sur la solidarité » auquel l’UNAF a activement contribué en rédigeant la partie « Le soutien aux familles ». Il a ainsi rappelé tout l’engagement de l’UNAF en faveur des valeurs de solidarité, de partage et d’efforts mutualisés.

Pour l’UNAF, la famille est au cœur du questionnement sur la solidarité. Elle en est tout d’abord la source, car la famille est le premier lieu dans lequel elle se construit.

Mais si la solidarité s’apprend dans la famille, c’est pour ensuite pouvoir s’épanouir dans la société. De fait, la famille est aussi une actrice essentielle de la solidarité, par ses engagements associatifs, par son activité économique, par son effort de redistribution, mais surtout par l’accompagnement de ses enfants et de ses proches dans le besoin.

Enfin, la famille en est également bénéficiaire : les prestations, les allocations, les aides d’associations soutiennent les familles au quotidien.

François Fondard a rappelé les 4 principes fondamentaux qui conditionnent une politique familiale équitable, solidaire et d’avenir :

- l’universalité : la politique familiale s’adresse à toutes les familles vivant sur le territoire français, sans disparités géographiques ou distorsions selon les revenus ;
- la globalité : l’Etat doit intégrer le fait familial au cœur des politiques économiques, sociales ou encore culturelles ;
- le libre choix : les familles ne doivent pas être contraintes dans leurs choix du quotidien, notamment pour l’accueil de leurs enfants ;
- la pérennité : une politique familiale solidaire doit être cohérente et s’inscrire dans la durée.

Le Président de l’UNAF a en outre rappelé que la France dispose de dispositifs de solidarité solidement ancrés et qui ont prouvé leur efficience, telles la protection sociale ou la politique familiale. Il convient donc non seulement de maintenir ces atouts, mais de les adapter et de les enrichir.

L’objectif de ce recueil est de poursuivre l’appel citoyen lancé le 14 décembre 2010 par une cinquantaine d’organisations associatives, qui regrettait que la solidarité soit galvaudée, alors même qu’elle est « à la fois une nécessité immédiate, économique et humaine, et un investissement de long terme ».

Aux huit associations qui ont contribué à la rédaction du livret (UNIOPSS, APF, CNAPE, FNATH, UNA, CISS, UNAF et LDH) s’ajoutent plus de 70 mouvements signataires et de nombreux citoyens qui soutiennent l’appel.

Les contributions mettent en évidence la richesse de la notion de solidarité, et insistent sur la complémentarité entre tous les mouvements associatifs investis sur ce champ. Cette tribune permet de défendre la vision d’une solidarité replacée au centre des politiques publiques. En effet, en période de crise, il convient d’accentuer l’investissement sur la solidarité.

A l’approche des élections présidentielles et législatives, ce livret permet de reposer les bases d’une solidarité associative en complémentarité d’une solidarité publique. Les associations signataires s’accordent cependant sur un point : l’engagement n’a pas uniquement les élections pour point de mire, il doit s’inscrire dans la durée.

Livret "investir sur la solidarité".

Site à consulter

@ : rtherme@unaf.fr


Image : Couverture du recueil "Investir sur la solidarité"

PDF - 1.7 Mo


Haut de page