Premières rencontres nationales du vélo : L’UNAF restitue les résultats de son enquête : « L’intérêt économique pour les familles vivant en habitat collectif de pouvoir utiliser plus facilement le vélo comme moyen de transport »

06/02/2012

logo des premières rencontres nationales du Vélo

Lors des premières rencontres nationales organisées le 26 janvier 2012 à Paris, par les Pouvoirs publics, l’UNAF, représentée par Eric Comparat, Vice-président en charge du département "Habitat et Cadre de vie" est intervenue à la table-ronde sur les « Enjeux sociaux et économiques du vélo », dans le cadre de l’étude qui lui a été confiée sur « l’intérêt économique, pour les familles, de disposer d’un local à vélo en habitat collectif ».

Les rencontres nationales du vélo, qui s’inscrivent pleinement dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, visent, par un plan national vélo, à inciter les Français à utiliser le deux-roues aussi bien comme moyen de déplacement quotidien que comme activité sportive ou de loisir.

Alors que plus de la moitié des déplacements quotidiens en France font moins de 3 km, seuls 3% sont effectués à vélo. Et pourtant, les bénéfices du vélo sont multiples en termes de santé, de réduction du bruit, de budget des ménages, de développement économique et de réduction des pollutions atmosphériques (par exemple : si chaque Européen pédalait 2,6 km par jour, les émissions de CO2 dans les transports seraient réduites de 15%).

Le développement de la pratique du vélo est ainsi devenu un véritable enjeu de société.

L’UNAF, qui a conduit une étude sur « l’intérêt économique pour les familles vivant en habitat collectif de pouvoir utiliser plus facilement le vélo comme moyen de transport », est un partenaire reconnu sur cette problématique notamment dans le cadre des travaux conduits dans son rapport moral : « Rien de durable sans les familles » et de ses engagements visant à favoriser les dispositifs d’intermodalité, de mobilité des familles, de libre choix et de défense des intérêts matériels et moraux des familles.

Eric Comparat, Vice président de l’UNAF, a présenté les principaux résultats de cette étude, en insistant sur les conditions préalables, qu’il convient de mettre en place, pour permettre aux familles d’utiliser davantage ce mode de transport doux.

L’étude montre, que la possibilité d’utiliser aisément un local à vélo sur son lieu d’habitation en immeuble collectif, permet sur le plan économique de réduire sa facture transport de façon importante, au-delà des autres avantages induits en termes de santé, d’environnement...

Ainsi, l’utilisation du vélo comme mode de transport peut permettre à la famille de faire des économies allant de 50 à 100 euros par mois, si elle utilise régulièrement le vélo pour ses déplacements de proximité.
Ces économies peuvent atteindre entre 300 et 500 euros lorsque le déplacement à vélo se fait en remplacement d’une voiture, que ce soit la 1ère, la 2ème ou la 3ème voiture d’une famille.
Au-delà de ces gains de coûts sur le budget transport des familles (une moyenne de 15% du budget d’une famille), il y a des gains induits sur d’autres champs de la vie des familles, mais aussi pour la société. Ainsi, on évalue à 1.000 euros par an et par individu le gain en termes de santé publique.

Cette étude a été un élément dans l’élaboration des textes législatifs et les dispositifs à venir qui visent à faciliter l’utilisation du vélo par les familles en intégrant les locaux à vélo dans les immeubles collectifs.
Mais un local à vélo, sécurisé et pratique sur son lieu d’habitation est la condition indispensable mais pas suffisante au développement de l’utilisation du vélo par les familles. En effet il faut que toute la chaîne fonctionne : le garage à vélo sur son lieu d’habitation, la sécurisation des trajets et la possibilité de garer son vélo sur les lieux d’activités et lieux publics.

La nouvelle réglementation concernant la construction d’immeubles neufs est une avancée importante, mais il faudra aller au-delà pour prendre en compte l’habitat collectif existant, que ce soit en habitat social ou en copropriétés. Des dispositifs incitatifs, voire un mixte d’incitation et de contrainte, sont à imaginer, mais surtout à financer et à pérenniser.

A l’issue de cette journée, le ministre chargé des Transports, Thierry Mariani, a présenté les propositions retenues pour le « Plan national vélo » :

Développement des aménagements et infrastructures

- garages à vélo obligatoires dans les constructions neuves (d’une surface minimale de 1,5 m² par appartement pour un T3 et +) ;
- développement du réseau des véloroutes et voies vertes : accroissement de 50% de la contribution de l’Etat (+ 1,5 millions d’euros).

Incitation à l’usage quotidien du vélo

- évaluation d’une indemnité kilométrique pour les déplacements domicile-travail comparable à celle dont bénéficient les automobilistes ;
- clarification du cumul de prise en charge de l’abonnement au transport collectif et de celui au vélo en libre service ;
- développement de l’intermodalité entre vélo et transports collectifs.

Amélioration de la sécurité

- mise en œuvre du « tourne-à-droite » qui autorise les cyclistes à ne pas marquer l’arrêt au feu rouge, dès lors qu’ils respectent la priorité accordée aux autres usagers ;
- encouragement de l’apprentissage du vélo (vélo-écoles notamment) ;
- marquage des vélos pour lutter contre le vol et le recel : partenariat entre l’Etat et le système de marquage Bicycode de la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB).

Exemplarité de l’Etat

- mise en place de relais vélos dans les directions départementales des territoires (DDT) et dans les Directions régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

Une meilleure perception de l’image du vélo par les Français

- mise en place d’un programme de communication national pérennisation des Rencontres nationales du vélo, tous les deux ans.

Pour mieux garantir la réussite de l’ensemble de ces actions, les crédits mis à la disposition du Coordonnateur Interministériel pour le développement de l’usage du vélo seront augmentés.

C’est sans aucun doute un premier pas vers une politique nationale plus volontariste en soutien des efforts déjà consentis par les collectivités locales mais il faudra sans doute faire beaucoup plus pour que le vélo prenne toute sa place comme mode de transport complémentaire et alternatif.

L’UNAF produira en 2012 une plaquette « grand public » pour sensibiliser les familles aux nombreux avantages à plus utiliser le vélo.

Programme en rappel.

@ : mmendes@unaf.fr


Image : logo des premières rencontres nationales du Vélo

PDF - 1008.4 ko

Rencontres_Nationales_Velo_version_simplifiee_projet_.pdf
Haut de page