L’UNAF s’exprime à l’occasion d’une manifestation d’envergure organisée par la Fondation Abbé Pierre autour du mal-logement

13/02/2012

Affiche de la Mobilisation Générale pour le Logement

L’UNAF, représentée par Éric Comparat, Vice-président en charge de l’Habitat et du Cadre de vie, a participé à « la journée événement », organisée par la Fondation Abbé Pierre, autour de la « Mobilisation générale pour le logement », le mercredi 1er février 2012 au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris, qui a réuni plus de 2.800 personnes. Marilia Mendes, Coordonnatrice du pôle Habitat et Cadre de vie - Environnement - Développement durable l’accompagnait.

La Fondation a présenté, à cette date anniversaire de l’appel solennel de l’Abbé Pierre (le 1er février 1954), son 17e rapport sur "l’Etat du mal-logement en France" et le texte de la Mobilisation générale, soutenue et portée par de nombreuses organisations, dont l’UNAF. Y accéder.

L’après-midi, quatre candidats à l’élection présidentielle et Henri Guaino, le Conseiller spécial du Président de la République ont défilé successivement à la tribune de cette manifestation pour exprimer leur positionnement vis-à-vis de la politique du logement et des propositions contenues dans le "Contrat social en faveur d’une nouvelle politique du logement". Au final, Éva Joly pour Europe Écologie-Les Verts (EELV), Jean-Luc Mélenchon pour le Front de gauche, François Bayrou pour le MoDem, puis François Hollande pour le Parti socialiste et les Radicaux de gauche ont officiellement paraphé ce texte.

Cependant, l’on a pu noter, lors des interventions des différents candidats, des divergences sérieuses avec un certain nombre de propositions contenues dans le texte du « Contrat social ».

Les organisateurs de cette manifestation avaient tenu à ce que l’UNAF apparaisse comme un partenaire essentiel de cette Mobilisation. C’est ainsi que, par un message vidéo diffusé devant les 2.800 participants, l’UNAF, par la voix de son Vice-président, a pu exprimer les raisons de son engagement et insister sur la question essentielle des charges qui pèsent de plus en plus dans le budget des familles.

C’est parce qu’il y a urgence et convergence sur nos constats, nos analyses et nos propositions, que l’UNAF a décidé de signer et de soutenir la « Mobilisation générale pour le logement ».

L’Institution familiale développera son approche « Famille », en apportant son expertise et ses positionnements autour d’une politique du logement à construire, une politique globale pour toutes les familles, où qu’elles vivent, et où les plus fragiles doivent trouver leur place dans un droit au logement qui doit devenir effectif. Elle mobilisera son réseau sur cet important chantier pour que le logement devienne une véritable priorité nationale.

Le 17e rapport annuel sur le mal-logement fait un constat des plus alarmiste. Selon la Fondation, 3,6 millions de personnes sont sans logement ou vivent dans des conditions indécentes. 1,2 million de ménages sont en attente de logement social et un sur cinq reconnaît avoir du mal à payer son loyer ou à assurer le remboursement de son emprunt immobilier. Un mal-logement qui s’est profondément enraciné avec un budget moyen consacré, par les ménages, au logement qui n’a cessé de croître depuis dix ans (25,5 % du revenu actuellement en moyenne).

Au total, ce sont près de 10 millions de personnes qui sont touchées, à des degrés divers, par la crise du logement. Actuellement, un Français sur six souffrirait au quotidien de la crise du logement, et il manquerait 800.000 à 900.000 logements dans le pays.

@ : mmendes@unaf.fr


Image : Affiche de la Mobilisation Générale pour le Logement
Haut de page