Questions les plus fréquentes

04/06/2012

Symbole : point d’interrogation

N’hésitez pas à poser vos questions

Question : "Pouvez-vous me donner les pondérations de chaque membre de la famille (notion de la dépense par part) pour que je puisse ajuster le budget-type le plus prêt de ma situation actuelle et future ?"

Réponse

Pour comparer le niveau de vie de ménages de compositions différentes, le statisticien recourt habituellement à une échelle d’équivalence.

L’échelle d’équivalence précise le lien entre la consommation d’un ménage et le nombre d’adultes et d’enfants qui le composent, pour un niveau de vie fixé. Elle appréhende les économies d’échelles que réalise un ménage de plusieurs personnes, principalement grâce au partage de biens à usage collectif. Le logement est la fonction de consommation pour laquelle ces économies d’échelle sont les plus importantes. Viennent ensuite l’automobile et l’équipement ménager.

Deux échelles sont actuellement utilisées et peuvent être appliquées à l’ensemble du budget (c’est-à-dire au total, mais non aux autres postes pris individuellement), sans que nous puissions dire quelle est la plus exacte.

Ainsi, selon la plus ancienne (années 1970), dite « échelle d’Oxford », lorsqu’un adulte dépense 1 part, un deuxième adulte vivant avec lui ne dépense plus que 0,7 part. Selon son âge, un enfant représentera de 0,5 part (moins de 14 ans) à 0,7 part (14 ans et plus).

L’autre échelle (1997) de Hourriez et Olier, utilisée par l’OCDE, attribue au premier adulte une unité de consommation, à chaque adulte supplémentaire 0,5 part et à chaque enfant 0,3 part. C’est l’échelle utilisée actuellement par l’INSEE. Voici les deux échelles :

Échelle d’Oxford Échelle de l’OCDE
1 part 1er adulte 1 part
0,7 part Autre personne de 14 ans ou plus 0,5 part
0,5 part Enfant de moins de 14 ans 0,3 part

Pour étendre les résultats des budgets-types aux familles de composition différente :

Pour obtenir, par exemple, le budget-type d’une famille X de 3 enfants de moins de 14 ans, en utilisant l’échelle d’Oxford :

→ Partir du total du budget-type A, le diviser par le nombre de parts de la famille A (soit : 1 + 0,7 + 2 fois 0,5 = 2,7), puis multiplier le résultat par le nombre de parts de la famille X (soit, dans notre exemple, 1 + 0,7 + 3 fois 0,5 = 3,2).

Bien entendu, ces échelles de consommation, qui ne s’appliquent qu’au total du budget et non aux postes qui le composent, n’ont qu’une valeur approximative (c’est d’ailleurs pourquoi l’U.N.A.F. se donne la peine de calculer 8 budgets).

Coût de l’enfant :

Attention, ces formules restent cependant trop générales pour appréhender de façon satisfaisante certaines questions comme le coût de l’enfant. Rappelons, entre autres, que le coût d’un enfant est constitué de 2 éléments distincts :
- les dépenses de consommation
- la contrepartie économique du temps consacré par ses parents à son éducation et à son entretien.


Je vis dans une famille d’un couple et de 2 enfants de moins de 14 ans (type A) et je dépense beaucoup moins que les budgets-types, pourquoi ?

Nos budgets valorisent ce qu’une famille doit, en moyenne et selon certaines normes sélectionnées, pouvoir dépenser pour vivre décemment (et non ce que dépensent effectivement les familles). Mais une famille peut mener une vie tout à fait décente sans dépenser autant : par exemple, une famille devenue entièrement propriétaire de son appartement aura un budget logement moindre qu’un ménage accédant à la propriété ou locataire.


Image : Symbole : point d’interrogation
Haut de page