Communiqué de presse commun

Décrochage : le regard des jeunes sur leur parcours et sur l’école

19/09/2012

Logos de l’AFEV de Trajectoires, de l’UNAF et de la FESPI

Pour la 5e édition de la Journée du Refus de l’Échec Scolaire le 19 septembre 2012, nous avons fait le choix de nous focaliser sur le décrochage scolaire, phénomène massif qui concerne chaque année environ 150 000 jeunes.

Soucieux de faire avant tout entendre la voix des jeunes concernés, une enquête exclusive a été réalisée avec le soutien de l’UNAF et de la FESPI auprès de 186 jeunes qui ont connu le décrochage scolaire et sont aujourd’hui engagés dans un processus de raccrochage.

Quelques éléments clefs de l’enquête :

- 41 % des jeunes disent n’avoir été soutenus « par personne » lorsqu’ils ont commencé à ne plus fréquenter l’établissement scolaire régulièrement

- Au moment où ils prennent conscience qu’ils ne retourneront plus au collège ou au lycée : 36% des jeunes interrogés se sentent angoissés ; 29 % plutôt soulagés ce qui montre qu’ils étaient en état de souffrance scolaire

- À la question « en classe, pourquoi est-ce que tu n’y arrivais plus ? » 92% des jeunes interrogés évoquent le manque de motivation et d’intérêt

- Pour 51 % des jeunes accompagnés, ce qui leur a le plus manqué dans leur scolarité c’est la présence de quelqu’un qui les motive, qui leur donne confiance

- 71% des jeunes interrogés ont eu le sentiment d’avoir été mal conseillés au moment où ils ont fait leur choix d’orientation en 3ème.

- Pour 56% le principal motif de raccrochage est la prise de conscience de l’importance d’un diplôme en vue de leur insertion professionnelle

Pour Valérie Pugin de Trajectoires Groupe Reflex, « cette enquête met l’accent sur l’absence de motivation et l’isolement des décrocheurs qui apparaissent comme des facteurs fondamentaux dans le processus de décrochage ». Il est particulièrement frappant que la majorité des jeunes interrogés aient exprimé le manque, au cours de leur parcours scolaire, d’un référent qui aurait pu les mettre en confiance, leur donner la sensation qu’ils pouvaient y arriver.

Il apparaît clairement que le phénomène du décrochage scolaire ne peut être circonscrit à une rupture car il parachève, en général, tout un processus où le mal être scolaire prend souvent racine dès le début du parcours.
Comme l’explique Christophe Paris, directeur général de l’Afev : « les causes du décrochage sont multiples et propres à chaque jeune : une intériorisation précoce de l‘échec, parfois dès l’école élémentaire, une souffrance scolaire qui s’aggrave au collège, le problème d‘une orientation subie… Puis l’intervention d’un élément déclencheur, et c’est le décrochage, vécu parfois, malheureusement, par de nombreux jeunes comme un soulagement. »

Pour l’Afev et ses partenaires, la lutte contre le décrochage ne pourra faire l’économie d’une évolution en profondeur de notre système scolaire, peu inclusif par rapport à d’autres pays de l’OCDE, parce qu’il demeure encore trop structuré par une vision élitiste et sélective de l’école.

Retrouvez aujourd’hui l’intégralité de l’enquête en ligne :
www.refusechecscolaire.org


Contacts presse :

- Afev
Magali De Exposito, Chargée de communication : magali.deexposito@afev.org 01 40 36 86 98 / 06 82 78 97 31
Eunice Mangado Lunetta, Directrice déléguée : eunice.mangado@afev.org 01 40 36 87 01

- UNAF
Laure Mondet, Responsable de la communication : lmondet@unaf.fr 01 49 95 36 05

- FESPI Loan Simon Hourlier, Présidente de la FESPI : loan.simonhourlier@gmail.com 06 81 63 40 43
Audrey Maurin, déléguée générale de la FESPI : audreymaurin@hotmail.com 06 87 79 09 10

- Trajectoires
Pascal Bavoux, Directeur du cabinet Trajectoires Reflex : p.bavoux@trajectoires-reflex.org, 04 78 69 02 88 / 06 87 85 58 38


Image : Logos de l’AFEV de Trajectoires, de l’UNAF et de la FESPI

PDF - 254.4 ko


Haut de page