Communiqué de presse n°10.21.09.12

Égalité professionnelle femme/homme : La réduction du congé parental n’est pas une priorité

21/09/2012

Aujourd’hui s’ouvre la négociation avec les partenaires sociaux sur l’égalité professionnelle avec parmi les idées évoquées : la réduction du congé parental. L’UNAF saisit cette occasion pour rappeler que derrière le congé parental, il y a des familles qui le choisissent et des familles qui n’ont pas d’autre choix.

Le congé parental / CLCA : Quelques chiffres

- Sur les 553 000 bénéficiaires du complément de libre choix d’activité (CLCA), on ne parle jamais des 40% qui le perçoivent en travaillant à temps partiel.
- Seuls 42% perçoivent le CLCA taux plein jusqu’aux 3 ans de l’enfant.
- Sur les 332 000 bénéficiaires à taux plein, 60% prennent le congé parental d’éducation par choix et les autres (40%) y sont contraints : soit par manque de modes d’accueil, soit par incompatibilité entre leurs conditions de travail et leur vie familiale (revenus, transport, temps partiels, horaires décalés…).

Les conséquences d’une réduction du congé pour tous

- Alors qu’il manque déjà 350 000 places d’accueil pour les 0-3 ans, raccourcir le congé parental d’éducation reviendrait à augmenter encore plus la demande. La recherche d’une place sera encore plus difficile pour tous les parents en augmentant les dérives (crèches clandestines, nounous non déclarées…).
- Sans le congé parental de 3 ans, les parents dont les conditions de travail sont incompatibles avec l’accueil d’un jeune enfant, n’auront pas d’autre choix que de quitter leur emploi pour s’occuper de leurs enfants (au chômage ou sans rien). Quel bénéfice sur le terrain de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ?

Les propositions de l’UNAF

- Le congé parental d’éducation court et mieux indemnisé existe déjà, c’est le COLCA (Complément optionnel de libre choix d’activité). L’UNAF propose de le rendre plus attractif en le revalorisant et en l’ouvrant dès le 2e enfant. Ainsi les familles pourront encore exercer leur choix.
- L’UNAF propose aussi de mieux faire connaître aux pères et mères le congé parental à temps partiel qui permet de se maintenir dans l’emploi, tout en s’occupant de ses enfants.

Déjà en 2009, l’étude du raccourcissement du congé parental avait été demandée par le précédent Président de la République. Le Haut Conseil de la Famille a conclu à la nécessité de traiter en priorité la question des capacités d’accueil de la Petite Enfance. Mme Bertinotti, Ministre de la Famille semble d’ailleurs rejoindre ce constat. La priorité aujourd’hui, c’est l’augmentation des capacités d’accueil des 0-3 ans, la relance du marché de l’emploi et des conditions de travail compatibles avec la vie familiale.


PDF - 215.9 ko

cp10-conge_parental.pdf
Haut de page