Evolutions trimestrielles

4ième trimestre 2012

26/11/2012

Illustration article

Budgets-types d’octobre 2012 : L’alimentation en hausse

Les budgets-types du mois d’octobre 2012 mettent en évidence une hausse des prix de l’alimentation pour tous les types de famille. Cette hausse s’explique par l’augmentation, en partie saisonnière, des prix des produits frais, et notamment des fruits et légumes.
La famille-type E, composée d’un homme, d’une femme, et d’un adolescent de 14 ans ou plus, enregistre la plus forte hausse en valeur relative : 5,2 % entre septembre et octobre (+ 32 euros).
En valeur absolue, la famille-type D (composée d’un homme, d’une femme, de deux garçons âgés de 6 à 13 ans, d’un adolescent et d’une adolescente âgés de 14 ans ou plus) enregistre bien entendu la plus forte hausse : + 57 euros, soit une hausse de 5 %.
Les budgets-types repartent donc tous à la hausse au mois d’octobre, alors que le mois de septembre avait enregistré une baisse sensible en raison de la diminution des prix des services.

Budgets-types de novembre 2012 : coûts information / télécommunications en baisse

Les budgets-types mettent en évidence une nouvelle baisse du poste « Information et communication » au mois de novembre 2012. La baisse régulière des tarifs de téléphonie mobile contribue à cette évolution.
Les budgets-types de l’UNAF permettent d’approfondir et de compléter les constats de l’INSEE sur l’évolution des prix, en les adaptant à des contextes familiaux, à des familles-types. Ces familles ne sont pas réelles, mais elles permettent de modéliser chaque mois les dépenses nécessaires pour assurer un minimum de vie décent à leur membre.
Ce niveau de dépense est estimé à l’aide de 10 postes, considérés par l’UNAF comme essentiels. Les télécommunications, en raison de leur essor et de leur rôle dans l’inclusion sociale, font partie de ces incontournables. La structure de ce poste (comme tous les postes des budgets-types) repose sur quatre types de normes :
- des normes juridiques,
- des recommandations issues de travaux de recherche,
- des pratiques observées,
- et des préconisations de l’UNAF.
A titre d’exemple, ce dernier point peut-être illustré par la position de l’UNAF qui recommande une utilisation des téléphones mobiles pour les enfants uniquement à partir de 14 ans. Cet élément se traduit dans les budgets-types par l’absence de dépenses de téléphonie mobile en deçà de cet âge.
La composition des 10 postes, et les choix réalisés par l’UNAF, sont détaillés dans des fiches de présentation.

Haut de page