L’UNAF a participé à la 1e édition des rencontres de l’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse

10/12/2012

Logo injep

L’Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP) a organisé le 4 décembre 2012, au Conseil économique, social et environnemental, une 1e Rencontre de l’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse, intitulée "Inégalités entre jeunes sur fond de crise". L’UNAF, représentée par Patricia Humann, Coordinatrice du Pôle Éducation - Handicap - Petite enfance, y participait. Cette rencontre fait suite à la publication du rapport sur l’état de la jeunesse publié par l’Institut.

Ce rapport, préfacé par la Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, Valérie Fourneyron, a mobilisé nombre de chargés d’études de l’INJEP ainsi que de nombreux autres spécialistes, et présente une analyse approfondie des inégalités intragénérationnelles à travers trois approches :

- la structuration des inégalités au moment de la transition de l’école à l’emploi ;
- le cumul des inégalités chez les jeunes sont autant d’injonctions lancées aux Pouvoirs publics (politique familiale des jeunes de 16 à 24 ans, politique de l’emploi, jeunes issus de l’immigration, santé, aide aux jeunes issus de quartiers populaires, ...) ;
- l’évolution des aides publiques, recommandations.

L’INJEP inaugure avec cet événement un premier cycle biennal de rencontres entre décideurs, chercheurs et acteurs de jeunesse, avec l’objectif d’engager le débat autour d’un diagnostic de la situation des jeunes en France et d’ouvrir des pistes pour une approche renouvelée des politiques de jeunesse.

Rappelons que l’UNAF est concernée en premier chef par les questions de jeunesse, comme le prouve récemment sa contribution, via le CESE, au rapport sur l’accès aux droits des jeunes ou son étude qualitative sur l’autonomie des jeunes étudiants.

Quelques extraits des propositions de la Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, Valérie Fourneyron :

"Pour l’emploi, je pense à la sécurisation des parcours, les jeunes sont les plus précaires et les moins couverts par l’indemnisation chômage, et au contrat de génération.
Pour la formation : l’accès à un droit au parcours, marqué par la possibilité d’avoir une 2e, une 3e chance qui doit être la concrétisation d’un droit à la formation tout au long de la vie pour tous.
Pour le logement : nous voulions créer un système de garantie solidaire pour les jeunes mais, en travaillant avec Cécile Duflot, il nous semble plus logique de construire un système universel. Cela permet de répondre à une situation qui ne concerne pas que les jeunes, de ne pas les stigmatiser, et de rendre le risque plus collectif.
Pour la santé : je pense à la facilitation d’accès au fonds CMU alors qu’ils y ont droit, avec Marisol Touraine, nous voulons faciliter leur accès à ce dispositif pour tous.
Pour les étudiants, je pense à l’allocation d’études dont le chantier va être ouvert par Geneviève Fioraso.
Quant à la question du RSA jeunes, elle fait partie de celles posées dans le cadre de la conférence de la pauvreté. Nous ferons le lien avec les travaux du CIJ (Centre d’information jeunesse) pour qu’une réponse cohérente soit apportée sur la question des ressources".

@ : phumann@unaf.fr


Image : Logo injep
Haut de page