Le collectif inter-associatif d’Aide aux Aidants Familiaux (CIAAF) dont fait partie l’UNAF, reçu par les cabinets de quatre Ministères

21/12/2012

Logo du CIAAF

Le collectif inter-associatif d’Aide aux Aidants Familiaux (CIAAF) dont l’UNAF est un membre actif, a été reçu par une délégation du Ministère des affaires sociales et de la santé composée de :

- Gautier Maigne, Conseiller retraite au pôle affaires sociales au Cabinet de Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé,
- Maurice-Pierre Planel, Conseiller technique pour les prestations et services aux familles au Cabinet de Dominique Bertinotti, Ministre chargée de la Famille,
- Aurore Lambert, Conseillère citoyenneté, accès aux droits et relation avec les associations au Cabinet de Marie-Arlette Carlotti, Ministre chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion,
- Laurence Assous, Conseillère en charge de l’aide à l’autonomie et du financement, au Cabinet de Michèle Delaunay, Ministre chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie.

L’UNAF y était représentée par Brigitte Lamarre, administratrice en charge du dossier Handicap. Objectif de la rencontre : présenter les actions du collectif qui est exclusivement composé d’associations de familles ou de personnes directement concernées par la dépendance, et le faire reconnaître comme un interlocuteur pertinent des Pouvoirs publics sur la question des proches aidants.

On dénombre aujourd’hui 8.3 millions d’aidants, si l’on y inclut les aidants de personnes âgées et de personnes handicapées. Même si la spécificité de la maladie ou du handicap doit être prise en compte, les aidants ont besoin d’un même type d’aides, que ce soit en matière de formation, d’information, de droit au répit...

Trois sujets spécifiques ont été abordés durant ce rendez-vous : la santé des aidants, la question des ressources et des droits sociaux ainsi que la conciliation famille/travail.

La santé globale de l’aidant
La fatigue physique et psychique, le stress, l’isolement sont souvent rapportés par les proches aidants et confirmés par de nombreuses études. On parle de « burn-out » et de « burden » (fardeau) pour le proche aidant. Pour mieux prendre en compte la santé au titre du service rendu à la collectivité, le CIAAF préconise de :

- faire bénéficier, à chaque aidant qui le souhaite, d’un bilan de santé annuel avec une prise en charge à 100% ;
- d’inscrire le thème « Santé globale des aidants non professionnels » dans les formations initiales et continues des professionnels de santé et du secteur médico-social ;
- développer des actions de sensibilisation des aidants dans tous les lieux dédiés dans un objectif de prévention et de suivi.

Les ressources et les droits sociaux
L’aide apportée par l’aidant peut être à l’origine d’un appauvrissement financier familial et d’un isolement social, préjudiciable à une bonne qualité de vie tant pour le proche aidant que pour le proche aidé.

Le CIAAF revendique la nécessité de :
- garantir des ressources décentes pour les aidants,
- préserver les droits acquis par les aidants en matière de dédommagement, d’indemnisation et de salariat ;
mais aussi,
- d’accorder un droit au dédommagement décent pour les aidants quel que soit l’âge, le handicap et/ou la maladie de la personne aidée ;
- d’augmenter le taux horaire du dédommagement et le rendre non imposable.

Concernant la retraite, le CIAAF propose de :
- permettre un départ à la retraite à 65 ans à taux plein à tous les aidants familiaux et non uniquement aux aidants des personnes handicapées ;
- d’accorder à tous les aidants familiaux une majoration de la durée d’assurance vieillesse ;
- d’améliorer l’Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF) en prenant en compte uniquement les ressources de l’aidant et non du foyer, en revalorisant le plafond de ressources pris en compte pour l’attribution et en l’ouvrant à tous les aidants familiaux.

La conciliation famille/travail
Pour procurer de l’aide à un proche, les aidants familiaux doivent souvent diminuer, cesser ou modifier une activité professionnelle (ou ne peuvent être disponibles pour postuler sur le marché du travail). Ils perdent des droits (congés, retraite, chômage…) ainsi que des possibilités de promotion et d’évolution de carrière, etc ... Notons que la majorité des aidants sont des femmes et que les inégalités de genre sont ainsi accentuées.

Le CIAAF travaille sur plusieurs axes :
- sensibiliser le monde du travail pour une prise en compte des contraintes des aidants ;
- étendre à tous les aidants les droits en matière d’aménagement du temps de travail ;
- offrir la possibilité de congés adaptés, d’accès faciles, indemnisés et flexibles qui répondent aux situations d’aggravation brutale et aux besoins réguliers d’accompagnement de la personne aidée.
Tous ces droits doivent constituer un socle commun pour tous les actifs quels que soient leurs régimes sociaux.

Par ailleurs, le CIAAF a demandé qu’un groupe de travail se constitue au CNCPH (Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées) sur le thème des aidants familiaux et que la Journée nationale annuelle des Aidants, qui se déroule le 6 octobre de chaque année, soit maintenue.

En conclusion, le CIAAF a rappelé que les aidants souhaitent pouvoir accompagner un proche et lui apporter des réponses adaptées tout en comptant sur une solidarité nationale qui doit offrir notamment un système de santé adéquat et des services et établissements médico-sociaux de proximité qui dispensent de l’aide et des soins professionnels de qualité dans le respect de la dignité.

Plaquette de présentation en ligne.

@ : smartin@unaf.fr


Image : Logo du CIAAF
Haut de page