Communiqué de presse n°2.23.01.13

Loi d’orientation sur l’école : L’UNAF souhaite une école plus ouverte aux familles

23/01/2013

En 2012, l’UNAF a contribué à la grande concertation sur l’école. Le texte de loi est présenté aujourd’hui en Conseil des Ministres, l’UNAF représentante des familles souligne les points forts et les faiblesses de ce projet dont elle approuve les grandes orientations.

Familles et école

L’UNAF souhaite voir réaffirmer dans la loi que la réussite scolaire des enfants repose sur les bonnes relations entre familles et école. C’est pour elle, un préalable indispensable qui devrait figurer dans la loi, en introduction.

Oui à une priorité au primaire

Au primaire se jouent les fondements de la relation entre l’enfant et l’école, les bases de tous les enseignements. C’est l’étape où l’on apprend à apprendre. Pour l’UNAF, cela devrait être aussi le bon niveau pour détecter tous les retards ou handicaps des enfants afin de les accompagner suffisamment tôt.

Oui au numérique à l’école, mais …

Les technologies numériques font partie du quotidien des enfants, il est important de les intégrer dans les méthodes d’apprentissage. L’UNAF pense que le développement des espaces numériques de travail à l’école peut faciliter la relation avec les parents, mais qu’il ne doit pas remplacer les relations humaines directes entre l’école et les parents.

Un financement mieux adapté aux besoins des établissements

Une meilleure prise en compte à la fois des spécificités territoriales et des objectifs des établissements pour répartir les crédits se justifie pleinement. L’UNAF salue la volonté de mener une réflexion sur la carte scolaire car la mixité sociale est un facteur primordial pour la réussite des élèves. Par ailleurs, elle souhaite que soit évitée l’affectation de jeunes professeurs inexpérimentés dans les établissements les plus en difficultés.

Lutter contre le décrochage scolaire et raccrocher les jeunes

Concernant l’absentéisme scolaire, l’UNAF est favorable à responsabilisation des établissements, tout en soulignant la nécessité d’un partenariat plus étroit avec les parents. Elle attend des précisions sur les moyens accordés à la lutte contre le décrochage et surtout au « raccrochage ».

Pour une orientation réfléchie et choisie

L’UNAF est favorable à cette réforme qui semble proposer d’autres critères d’orientation que les notes. Comme l’UNAF souhaite que les élèves puissent effectivement s’ouvrir au monde professionnel dès la 6ème, elle s’interroge sur la mise en œuvre concrète de ce « parcours d’orientation ». Y aura-t-il des temps dédiés et des enseignants responsables ? L’UNAF regrette cependant le manque de propositions pour améliorer le mode d’affectation des élèves. Enfin, le lien entre Ecole et entreprises doit aussi être amélioré.

Pour une amélioration des rythmes scolaires

Dans le décret sur les rythmes scolaires, l’UNAF salue la souplesse laissée aux acteurs locaux pour organiser le temps scolaire. Cependant, elle s’inquiète du manque de précision sur le nombre d’heures d’actions pédagogiques complémentaires et sur les heures d’entrée et de sortie des élèves. Par ailleurs, elle préconise le regroupement des activités complémentaires juste après le repas et une reprise des activités scolaires après 15h ; rien n’est dit dans le décret sur ce sujet. Sur la question des vacances scolaires, l’UNAF regrette que le rythme idéal pour les enfants de 7 semaines de cours / 2 semaines de vacances n’ait pas été pris en compte. Enfin, l’UNAF regrette également que rien ne soit dit sur la durée des cours au collège et lycée.

En conclusion, pour l’UNAF, l’école doit :

1. Permettre la réussite de tous les enfants : Tous les jeunes doivent parvenir à une qualification qui leur donne accès au monde du travail. Chaque élève doit réussir en fonction de ce qu’il est.

2. S’ouvrir sur son environnement, son territoire, s’ouvrir à tous les acteurs associatifs, économiques et sociaux, devenir un lieu de rencontre pour grandir ensemble.

3. S’ouvrir davantage aux familles : l’école doit être au service des familles, il faut redéfinir les termes d’une alliance concrète et bienveillante.

4. Former ses enseignants à une pédagogie pratique et concrète aussi bien qu’aux savoirs disciplinaires. Ils doivent aussi développer des compétences relationnelles pour permettre à leurs élèves de réussir.

5. Favoriser la détection précoce des troubles de l’apprentissage et éduquer à la santé et à la prévention des risques (alimentation, addictions, conduites à risques).

6. Être un espace du vivre ensemble en lien avec les autres espaces (le foyer familial, l’accueil périscolaire, les associations…). Être un lieu d’éducation à la non violence et au respect mutuel.

7. Accompagner les jeunes vers une orientation scolaire choisie et non subie en associant leurs parents au projet.

8. Devenir une école inclusive pour les enfants porteurs de handicap en prenant en compte leurs capacités.

9. Être un lieu d’éducation aux médias et aux usages numériques en lien avec les parents et les associations familiales.

10. Adapter l’organisation du temps scolaire aux besoins des enfants et aux contraintes des familles.


PDF - 32 ko

cp02-loi_d_orientation_ecole.pdf
Haut de page