Assemblée plénière du CESE : "Face aux défis du développement : comment renforcer les ONG françaises ?"

04/03/2013

Logo du CESE

L’ Assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental s’est tenue le 26 février 2013, avec à l’ordre du jour la question : "Face aux défis du développement : comment renforcer les ONG françaises ?", rapporteur Francis Charhon, au nom de la Section des Affaires européennes et internationales.

Déclaration du groupe de l’UNAF

D’après le dernier rapport des Nations Unies sur la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement, des avancées ont été enregistrées au cours des dernières années que ce soit dans les domaines de la santé avec un recul de la mortalité des moins de 5 ans de 4,3 millions en 9 ans et de l’éducation où le nombre d’enfants non scolarisés a chuté de 39 millions en dix années.

Comme l’avis l’indique, si ces données ne résolvent pas tout, elle démontre le rôle efficace des ONG sur la scène internationale.

Qu’elles soient de plaidoyer ou humanitaires, ces associations ou fondations françaises issues d’une mobilisation militante et citoyenne, avec des missions diverses, ont été consacrées depuis 2004 par les Présidents de la République française successifs.

Pourtant l’avis mentionne que la fragmentation du réseau français est un frein au déploiement de son action, à sa projection et à sa visibilité sur la scène internationale. Au niveau gouvernemental pas moins de 8 ministères sont impliqués dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités. Tout ceci prouve qu’il faut passer aux actes, si l’on veut que les ONG françaises aient la capacité d’intervenir, de jouer dans « la cour des grands » à l’international.

Le groupe de l’UNAF soutient la création d’une instance de concertation pluraliste mais limitée dans sa taille et d’une clarification par l’Etat du rôle attendu des ONG dans les actions d’aide au développement.

La consolidation et la valorisation de la place et du rôle des ONG passent par une amélioration de la transparence et de la lisibilité du dispositif institutionnel de la coopération. Aussi les recommandations formulées par la commission des affaires étrangères du Sénat, qui plaident pour un pilotage fort assuré par le ministre en charge de la coopération, doivent être mis en place.

L’avis nous fait mieux connaître les ONG françaises et sans aucun doute la participation du CESE sera une contribution efficace aux travaux des Assises du développement et de la solidarité internationale.

Le Groupe de l’UNAF a voté l’avis.

@ : cmenard@unaf.fr


Image : Logo du CESE
Haut de page