L’UNAF rencontre le Ministère à la Réussite éducative chargé du dossier « Rythmes scolaires »

29/04/2013

Calendrier

Le mercredi 24 avril dernier, l’UNAF, représentée par Rémy Guilleux, Vice-président de l’UNAF, en charge du département "Education - Jeunesse" a rencontré Marianne de Brunhoff, conseillère technique de la Ministre déléguée à la réussite éducative, Madame George Pau-Langevin, pour un échange autour des rythmes scolaires. Patricia Humann, coordonnatrice du pôle "Education - Handicap - Petite enfance" à l’UNAF participait à l’entretien.

L’UNAF a souligné les points positifs de la réforme :
- retour à la semaine de 4 jours et demi, plus indiquée pour la régularité du rythme et pour le sommeil de l’enfant,
- journées de cours moins chargées en enseignements fondamentaux (même si les programmes lourds en primaire restent à revoir en conséquences).
Cependant, certains points restent à revoir :
- les vacances d’été, trop longues : qu’en est-il de la réduction de 15 jours attendue,
- les vacances de février et de printemps mal placées du fait des zones, qui ne respectent pas les 7semaines de cours / 2 semaines de vacances.

Les questions et les problèmes rencontrés par les familles ont été évoqués durant l’échange concernant la nature et l’organisation des activités périscolaires.

Il est évident que les 25% d’élèves concernés par la mise en place de la réforme en 2013 vont vivre des situations très diverses : activités après la pause méridienne ou après 15h30, horaires d’entrée et de sortie des élèves variables suivant les écoles, activités différentes en fonction des communes et de leurs possibilités et volontés, … Il est clair qu’il y a d’ores et déjà des lieux où le projet éducatif territorial (PEDT) permet à l’ensemble des acteurs d’un territoire de se rassembler et d’autres où les décisions vont être prises de manière plus arbitraires.

Sur un plan matériel, l’UNAF a souligné l’éventuel problème financier que pourraient rencontrer les familles en cas d’activités payantes, ainsi que le risque couru pour la branche famille si les CAF devaient financer des activités pour tous les élèves dans le cadre de la prestation de service obligatoire (alors que le mercredi matin ne concernait que 15 à 20% d’élèves).

L’UNAF souhaite que des indications soient données pour mettre l’enfant au cœur de la réforme, lui que les derniers débats semblent parfois oublier. Ainsi, par exemple, pour une journée moins stressante pour l’enfant, il n’est peut-être pas nécessaire d’enchaîner les activités sportives ou artistiques…. Certains moments peuvent être des moments de détente, de récréation, de lecture, de jeux, du moment que les enfants sont bien encadrés. Des temps de respiration.

Marianne de Brunhoff a indiqué que certaines écoles partageaient ce point de vue. Elles ont, pour ne pas enchaîner toute la semaine les activités périscolaires, choisi de terminer les cours à 16h30 trois jours par semaine et un jour, d’arrêter les cours à 15h pour disposer d’1h30 à consacrer à une activité périscolaire. Elle a par ailleurs indiqué qu’en effet, la réforme engendre une diversité de situations mais que cette diversité existait déjà du fait des activités périscolaires plus ou moins organisées selon les communes. Certaines communes, parmi les plus pauvres de France, sont déjà très organisées et d’autres comme Lyon considèrent que ces activités vont être compliquées à mettre en place.

Le comité de suivi de la réforme des rythmes scolaires, mis en place, dont Madame de Brunhoff a assuré qu’il pourrait auditionner l’UNAF, sera chargé d’examiner les modèles d’organisation et les projets intéressants, grâce à un regard croisé d’acteurs.

Rémy Guilleux a insisté sur le fait que l’UNAF, sans se substituer aux parents d’élèves, pouvait apporter le point de vue des familles. L’UNAF a aussi indiqué qu’il pourrait être utile d’auditionner les entreprises car les changements de rythmes des enfants devraient être pris en compte pour les horaires des salariés pour que ceux-ci puissent mieux concilier vie familiale et vie professionnelle.

De manière positive, l’UNAF a souligné l’intérêt dans la circulaire de rentrée 2013 de la mention sur l’organisation d’espaces parents dans les écoles. Ce point avait été demandé par l’UNAF et les associations de parents d’élèves lors de leurs contributions à la refondation pour l’école.

Concernant l’inclusion des enfants en situation de handicap, l’UNAF a redit l’importance accordée à l’accord des parents avant toute modification des conditions de l’accueil de l’enfant à l’école. L’UNAF a souligné sa satisfaction face au retrait de l’amendement allant dans un sens inverse dans la loi de programmation de la refondation pour l’école.

@ : phumann@unaf.fr


Image : Calendrier
Haut de page