Chiffre clef de la semaine

Allaitement : 65% des pays dans le monde ont une législation autorisant les mères à des pauses rémunérées pour allaiter ou à une réduction de leur horaire journalier

09/09/2013

Chiffre : 65%

« Autoriser l’allaitement au travail est bon pour les mères et pour leurs enfants et c’est également bénéfique pour les employeurs », affirme l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Les efforts mondiaux pour promouvoir l’allaitement au travail commencent à porter leurs fruits. Ainsi, plus de 65% des pays dans le monde ont une législation autorisant les mères à des pauses rémunérées pour allaiter ou à une réduction de leur horaire journalier.

« Les employeurs qui octroient aux mères le temps d’allaiter et qui délimitent un espace dans lequel elles peuvent le faire dans de bonnes conditions d’hygiène, en tirent profit en termes de gain de productivité : l’absentéisme parental est en effet réduit grâce à la bonne santé des enfants, à un taux plus élevé de reprise du travail et à un meilleur moral chez les employés », a déclaré la directrice du Département de la protection du travail au Bureau International du Travail (BIT).

L’allaitement maternel est la meilleure façon d’apporter aux nourrissons les nutriments dont ils ont besoin, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle recommande l’allaitement exclusif jusqu’aux six mois du bébé et la poursuite de l’allaitement en parallèle à l’introduction d’aliments complémentaires jusqu’à l’âge de deux ans.

La convention de l’OIT n° 183 sur la protection de la maternité (2000) et la recommandation qui l’accompagne (n° 191) appellent à la mise en place d’un ensemble de mesures favorisant le début, l’installation et le maintien de pratiques d’allaitement optimales.

Pour en savoir plus : "Allaiter au travail : bon pour la mère, l’enfant, l’entreprise et la société".

@ : mbobbio@unaf.fr


Image : Chiffre : 65%
Haut de page