Journée nationale du Refus de l’Échec Scolaire (JRES) : Les résultats de l’étude exploratoire sur les jeunes scolarisés en lycée professionnel réalisée avec le concours de l’UNAF dévoilés

30/09/2013

Affiche de la 6e journée du refus de l’échec scolaire

L’UNAF, représentée par Patricia Humann, coordonnatrice du pôle "Education - Handicap - Petite enfance" a participé le 25 septembre 2013, sous le haut patronage du Ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, à la 6e édition de la Journée nationale du Refus de l’Échec Scolaire (JRES) dédiée aux lycées professionnels.

Aujourd’hui, un tiers des lycéens est scolarisé dans un lycée professionnel. Il constitue un enjeu social et sociétal important et constitue un des points essentiels pour l’insertion des jeunes.

Pour alimenter le débat et nourrir la réflexion, les résultats d’une étude exploratoire sur les jeunes scolarisés en lycée professionnel, réalisée en partenariat avec le cabinet d’études Trajectoires-Reflex et l’UNAF, ont été dévoilés. Objectif de l’étude : donner la parole aux jeunes pour en savoir plus sur leur orientation scolaire, leur vécu au sein du lycée, leurs difficultés, et leurs projets d’avenir. Cette étude, menée auprès de 1042 jeunes scolarisés dans des lycées professionnels a été le fil rouge pour la construction de cette journée. Lire l’étude.

Considéré comme moins « noble » que les filières générales, le lycée professionnel a pourtant largement évolué ces dernières années. Aujourd’hui, l’enquête révèle que pour une part importante des élèves interrogés, le lycée professionnel est vécu comme "une nouvelle chance" car il permet à l’élève d’avoir un projet bien défini qui lui permettra de s’insérer dans la vie professionnelle. Le passage du parcours du baccalauréat professionnel de 4 à 3 ans a permis à revaloriser son image auprès des jeunes, selon l’enquête.

Toutefois, notons que 10 à 15% des élèves y vivent moins bien leur scolarité, notamment ceux qui n’ont pas choisi cette filière et qui le ressentent comme "un échec supplémentaire" qui peut mener au décrochage scolaire.

Pour l’UNAF, faire évoluer les lycées professionnels demande le concours et la mobilisation de l’ensemble des acteurs : professeurs, entreprises, éducation nationale, parents pour aider les jeunes à construire leur parcours professionnel et à se construire socialement.

Extrait du discours du Ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon : « Aujourd’hui, nous avons besoin d’une réflexion globale sur notre système scolaire et de prendre en compte le milieu social, le territoire et les causes de l’échec. La loi de reprogrammation poursuit cet objectif de lutter contre l’échec scolaire en renforçant l’épanouissement et l’insertion des jeunes. Tout enfant doit pouvoir être accueilli à l’école. Cette année, il y aura la création de 15 campus métiers : un mélange de laboratoire de recherche, d’université, de filières professionnelles et technologiques pour former de futurs ingénieurs sur des technologies innovantes. Nous allons inscrire l’orientation au cœur du métier des enseignants, nous avons besoin de passerelles, de développer des internats pour lutter contre les problèmes de mobilité des jeunes des milieux modestes, et contre le décrochage scolaire. Nous avons besoin des entreprises pour l’insertion professionnelle… ».

Site AFEV

@ : phumann@unaf.fr


Image : Affiche de la 6e journée du refus de l’échec scolaire
Haut de page