"La conciliation famille et travail pour répondre à la diversité des besoins des salariés tout au long de la vie" : l’UNAF et l’ORSE ont organisé, en présence de la Ministre Michèle Delaunay, un colloque au CESE

25/11/2013

Public du colloque, dans la salle du CESE

Répondre à la diversité des besoins des salariés tout au long de la vie : tels étaient les enjeux du colloque organisé par l’UNAF et l’Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (ORSE) le jeudi 21 novembre dernier au Conseil économique, social et environnemental.

François Fondard, qui a ouvert les travaux, a accueilli la Ministre déléguée aux personnes âgées et à la dépendance, Michèle Delaunay, qui par sa présence et son intervention, a marqué tout l’attachement et l’intérêt qu’elle porte à la question de la conciliation, qui va concerner de plus en plus, des salariés qui aident des proches devenus âgés, et parfois dépendants.

Dans son discours introductif, François Fondard a rappelé que l’équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle est une préoccupation majeure des salariés, constatée chaque année avec le baromètre que l’UNAF réalise en partenariat avec l’Observatoire de la parentalité en entreprise. Cette année encore, les résultats ont été éloquents : trois quarts des salariés considèrent que l’entreprise ou l’organisme dans lequel ils travaillent, ne fait "pas beaucoup de choses", selon leurs propres termes, pour les aider à mieux concilier leur vie professionnelle avec leur vie familiale.

Il est revenu sur le rôle majeur des entreprises pour faciliter la conciliation dans le quotidien des salariés à tous les âges de la vie. C’est pourquoi, l’UNAF avait invité l’ensemble des acteurs et tout particulièrement les DRH d’entreprises, à entendre les intentions du gouvernement pour aider et inciter les entreprises à se mobiliser sur cet enjeu.

Puis, il a rappelé pour l’UNAF, les enjeux d’une meilleure conciliation :
- permettre aux salariés de jouer pleinement leur rôle auprès de leurs enfants et de leurs proches, d’être présents pour l’ensemble de leur famille : les enfants bien entendu, mais aussi les ainés, les proches malades ou handicapés ;
- répondre aux besoins des entreprises de disposer de salariés investis, et satisfaits dans l’équilibre de leur vie ;
- lutter contre les inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes. Aujourd’hui ce sont encore les femmes qui consacrent le plus de temps à la sphère familiale. Elles sont donc impactées dans leur temps de travail, leur salaire, leur carrière professionnelle, et leurs droits sociaux ;
- permettre aux salariés de participer à la vie sociale, la vie associative ; cet investissement est essentiel pour la cohésion de notre société, et il peut profiter à la sphère professionnelle par l’acquisition de certaines compétences dans ces domaines transférables à l’entreprise ;
- favoriser l’émergence de nouvelles organisations du travail et de nouveaux modes de management qui bénéficient, non seulement à l’ensemble des salariés, mais aussi à l’activité économique de l’entreprise ;
- un enjeu au niveau européen : l’Europe réfléchit à ces aspects de conciliation dans ses politiques de l’emploi comme une réponse aux défis urgents de la population vieillissante, du renforcement de la compétitivité et de l’augmentation de la participation des femmes au marché du travail.

La Ministre, dans son allocution, a confirmé le lancement d’une large concertation dans la cadre de la prochaine loi d’orientation et de programmation pour l’adaptation de la société au vieillissement (dont un volet sera consacré aux aidants familiaux) et la saisine du CESE sur cette future loi d’orientation.

Parmi les autres idées fortes énoncées, la Ministre a insisté sur :
- l’importance du rôle donné aux grands-parents et sur la notion de Grande parentalité active, enjeu de solidarité, de conciliation travail / hors travail et d’emploi des seniors,
- l’amélioration à apporter au congé de soutien familial,
- la possibilité de solvabiliser le droit au répit selon des modalités choisies par l’aidant.
Elle a rappelé que des éléments favorables aux droits à la retraite des aidants étaient déjà inclus dans le récent projet de loi sur les retraites.

Elle a conclu par un appel aux entreprises pour les inciter à s’investir dans le domaine des aidants en citant quelques grandes entreprises ayant mis en place des accueils de jour.

Tout au long de la journée étaient invités à dialoguer autour de tables rondes, experts et entreprises ayant mis en œuvre des dispositifs innovants. Ces tables rondes étaient animées par François Fatoux en matinée et Brigitte Lamarre, administratrice de l’UNAF, en charge du handicap et de l’aide aux aidants, l’après-midi.

La conclusion de la rencontre est revenue à la Directrice générale de l’UNAF, Guillemette Leneveu, qui a articulé la synthèse de cette journée, en donnant des perspectives pour la suite, autour de quatre mots :
- Innovation  : le colloque a parfaitement illustré la capacité des entreprises à identifier la diversité des besoins de leurs salariés et à trouver des solutions pour y répondre, même si cela entraine de sortir des sentiers battus.
- Incitation  : pour la suite, il parait essentiel d’encourager les entreprises à se saisir des questions de conciliation notamment en les incitant à prendre en compte les aidants dans les négociations collectives ou en ouvrant le crédit d’impôt famille aux entreprises menant des actions en direction des aidants familiaux.
- Communication : les interventions ont souligné le manque d’information des aidants, mais aussi des entreprises : la communication est un axe à privilégier pour améliorer la conciliation famille/travail.
- Universalité : les échanges et débat ont permis de saisir à quel point prendre en compte la question des aidants engendre des bénéfices pour tous les salariés d’une entreprise : car prendre en compte les aidants, c’est prendre en compte la vulnérabilité de chacun.
Synthèse en ligne.

A l’occasion de ce colloque et parce que tout individu peut être confronté à un moment donné de sa carrière à une situation de perte d’autonomie, lié au vieillissement, à la maladie ou au handicap d’un membre de sa famille, l’UNAF a édité, en partenariat avec l’ORSE, une plaquette d’information sur les droits aux congés des aidants : "La conciliation famille et travail pour répondre à la diversité des besoins des salariés tout au long de la vie".

- Voir aussi : Travailler et aider un proche dépendant, malade ou en situation de handicap : les 7 propositions de l’UNAF à la Ministre


Image : Public du colloque, dans la salle du CESE
Allocution de François FONDARD Président de l’UNAF
PDF - 32.1 ko


Plaquette "AIDANTS FAMILIAUX"
PDF - 1.3 Mo


Intervention de Guillemette Leneveu, Directrice Générale de l’UNAF
PDF - 25.2 ko


Haut de page