Future loi vieillissement : L’UNAF et le CIAAF invités par la Ministre Michèle Delaunay à un échange autour des mesures en direction des aidants

24/03/2014

Jeudi 13 mars, l’UNAF et le CIAAF ont été invités par la Ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie, Michèle Delaunay, à discuter des mesures relatives aux aidants dans la future loi d’adaptation de la société au vieillissement. La ministre et ses conseillers ont présenté les axes de la politique globale en direction des aidants et de la famille.

La ministre a précisé que le terme retenu pour désigner les aidants serait celui de « proche aidant » et non plus « d’aidant familial » afin de prendre en compte les aidants qui ne sont pas issus de la famille (voisins, amis). L’UNAF et le CIAAF contestent cette annonce et précise que, même si la notion d’aidant peut être élargie, il est essentiel que la définition conserve le terme "d’aidant familial" afin que l’investissement en première ligne des familles soit reconnu.
En effet, dans 80% des cas, les aidants sont issus de la famille et lorsqu’on regarde l’intensité de l’aide apportée, ce sont les familles qui sont le plus investies auprès des personnes en perte d’autonomie. En conservant l’utilisation du terme « aidant familial », l’UNAF ne cherche pas à exclure une partie des aidants, mais souhaite souligner la dimension éminemment familiale de cette aide.

Puis la ministre a décliné les 7 axes d’actions de la politique en direction des aidants qu’elle souhaite mener :
- Améliorer le repérage des besoins des aidants
- Améliorer l’information
- Développer les lieux d’écoute et les groupes de parole
- Faciliter le répit
- Améliorer les relations entre les professionnels et familles
- Faciliter la conciliation vie familiale et vie professionnelle
- Faciliter le repérage et la prise en charge des besoins de santé des aidants.

Afin de mettre en œuvre cette politique, la loi va élargir les missions de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) aux proches aidants. Elle confie aux départements une compétence explicite sur la coordination des différentes institutions et des actions locales en direction des aidants. Ainsi, la CNSA conventionnera systématiquement avec le Conseil général sur ces actions.

La CNSA, présente lors de cette réunion, a également fait part du programme de travail qui allait être mis en place dès maintenant :
- Repérage et évaluation des besoins des aidants  : l’objectif est de recenser les outils existants et de faciliter le travail des équipes médico-sociales dans les départements qui sont en charge de l’évaluation des besoins des personnes en perte d’autonomie.
- Création en cours d’un portail d’information en direction des personnes en perte d’autonomie et de leurs familles ;
- Un lieu de parole, d’écoute et d’échange : La loi permet un accompagnement financier plus large qu’auparavant. En effet, les crédits étaient réservés jusqu’alors à la formation des aidants.
- Accompagnement des départements pour un déploiement au niveau local d’action sur les aidants grâce à un conventionnement.

L’UNAF et le CIAAF ont salué l’ensemble des travaux envisagés et fait part de leur satisfaction quant aux axes retenus pour cette politique.
Cependant, l’UNAF et le CIAAF ont regretté que cette politique ne soit menée qu’en direction des aidants accompagnant une personne âgée et non à tous les aidants quelle que soit l’origine de la perte d’autonomie, de la situation de handicap, de la maladie ou l’âge de la personne aidée.

Par ailleurs, l’UNAF et le CIAAF ont demandé à être associés notamment aux travaux sur l’évaluation.

@ : smartin@unaf.fr

Haut de page