UDAF 28 – Eure et Loir

L’UDAF "Plate-forme départementale du microcrédit personnel"

22/04/2014

Depuis janvier 2014, l’UDAF de l’Eure-et-Loir est reconnue « Plateforme départementale de mutualisation du dispositif de Microcrédit Personnel » par la Caisse des Dépôts et Consignations.
L’UDAF a en charge l’instruction des dossiers de prêt et la médiation avec les organismes prêteurs. Cette mission est assurée par une conseillère en Economie sociale et familiale qui entretient un lien étroit avec l’emprunteur et le référent prescripteur.

Les organismes bancaires « Crédit Agricole », « Crédit Coopératif », « Caisse d’Epargne » et « Crédit Mutuel » ont passé convention avec l’UDAF et octroient les prêts, pour lesquels ils restent seuls décisionnaires.

Les partenaires prescripteurs orientent leurs usagers, vérifient leur éligibilité au dispositif, aident à la constitution du dossier et assure une veille durant la phase de remboursement. Une convention partenariale est alors établie entre l’UDAF et le prescripteur.

Le microcrédit personnel garanti, prêt à caractère personnel d’insertion sociale, favorise l’accès au financement de personnes exclues du crédit bancaire classique en raison de leur faible solvabilité mais disposant d’une capacité de remboursement suffisante pour réaliser un projet personnel.

Cette reconnaissance conforte l’UDAF dans son investissement au dispositif de microcrédit, mis en place depuis 2008. Celui-ci s’intègre au service « Intervention en économie sociale et budgétaire » (IESB) assurée par une conseillère en économie sociale et familiale qui regroupe :
- L’accompagnement social et budgétaire, sur orientation d’organismes avec lesquels des conventions ont été établies, qui est proposé à des personnes (salariées) rencontrant des difficultés,
- Le conseil et l’aide en matière de surendettement à destination de familles ne bénéficiant pas de dispositifs à caractère social,
- La procédure de rétablissement personnel par la réalisation d’un état de la situation sociale et financière du débiteur, à la demande du Juge d’Instance.

Haut de page