Curateur ou tuteur familial - Suivez le guide !

07/10/2016

Couverture Guide ISTF

Vous aider à protéger vos proches

Une personne de votre famille ou parmi vos proches est en difficultés ; vous êtes tuteur ou curateur familial, vous allez bientôt le devenir ; ou vous vous posez des questions : Ce guide est fait pour vous.

Accédez au guide "Curateur ou tuteur familial"

Environ 800 000 personnes protégées, dont plus de la moitié par leur famille

Le grand âge, la maladie, le handicap, les accidents de la vie sont autant de causes qui peuvent rendre l’un de nos proches vulnérables, au point qu’il ne puisse plus agir seul dans son intérêt. La France compte en effet plus de 800 000 personnes en mesure de protection et ce nombre s’accroît chaque année.

Lorsqu’une personne ne semble plus faire face à ses obligations quotidiennes et qu’elle se met en difficulté, voire en danger, son entourage ressent naturellement le besoin de lui venir en aide. Il appartient, en effet, à la famille de veiller à la protection de la personne et de ses biens. Plus encore, elle peut être tenue responsable de n’avoir rien fait.

Des réponses à vos principales questions

De nombreuses questions se posent alors autour de l’opportunité d’intervenir, de la forme de cette intervention, des démarches à accomplir et de leurs conséquences. Il faut dire que la mission de protection est lourde de conséquences pour la personne protégée et lourde de responsabilités pour le tuteur ou pour le curateur.

4 réseaux mobilisés pour vous soutenir

Afin de permettre aux familles d’assumer cette mission dans les meilleures conditions, nos quatre fédérations d’associations engagées dans la protection judiciaire des majeurs se sont réunies pour réaliser ce guide. Il a été conçu pour éclairer celles et ceux qui s’interrogent.

Nos réseaux sont impliqués pour soutenir et informer les tuteurs et curateurs familiaux et pour faire reconnaître leur rôle. Vous pouvez compter sur nous !


Texte du Guide

Curateur ou tuteur familial, suivez le guide !

La loi pose le principe que tout être humain, qu’il soit mineur ou majeur, français ou étranger, dispose de droits attachés à sa personne et à son patrimoine.

Toutefois, à cette capacité d’avoir des droits ne correspond pas forcément celle de pouvoir les exercer.

En France, à 18 ans, lorsque l’autorité parentale prend fin, la majorité rend en principe possible l’exercice de tous ses droits. Cependant, certaines personnes majeures ne sont pas en mesure d’accomplir seules certains actes de la vie civile, d’exercer leurs droits personnels ou de gérer leur patrimoine.

C’est pourquoi une mesure de protection judiciaire des majeurs peut répondre à cette difficulté. Elle ne peut être prononcée que si elle répond à 3 principes. Ainsi, le juge des tutelles doit :

- vérifier que la mesure de protection est indispensable et répond à un véritable besoin de la personne (principe de nécessité) ;

- s’assurer que d’autres dispositifs plus souples et moins privatifs de droits ne peuvent s’appliquer (principe de subsidiarité) ;

- adapter la mesure de protection en fonction du degré d’altération des facultés de la personne à protéger (principe de proportionnalité).

Texte du guide

- 1. Quelles sont les alternatives aux mesures de curatelle et tutelle ?
- 2. Qui protéger et pourquoi ?
- 3. Qu’est-ce qu’une mesure de protection judiciaire ?
- 4. Qui peut demander une mesure de protection judiciaire ?
- 5. Comment demander l’ouverture d’une mesure de protection judiciaire ?
- 6. Comment le juge examine la demande ?
- 7. Qui peut être désigné pour exercer une mesure de protection judiciaire ?
- 8. Un changement de curateur ou de tuteur est-il possible ?
- 9.La mesure de protection judiciaire peut-elle évoluer ?
- 10.Quels sont les contestations et recours possibles ?
- 11. Quels sont les droits et les libertés de la personne protégée ?
- 12. Quelles sont les obligations du curateur ou du tuteur dès sa nomination ?
- 13.Quelles sont les obligations du curateur ou du tuteur en cours de mesure de protection ?
- 14.Comment prend fin une mesure de protection et quelles en sont les conséquences ?
- 15. Quels sont les actes à effectuer à la fin de la mission d’un curateur ou d’un tuteur ?
- 16. Comment s’exerce le contrôle de la mesure de protection judiciaire ?
- 17. Quelles sont les responsabilités du curateur ou du tuteur ?
- 18. Quel est le coût d’une mesure de protection ?
- 19. Comment peut-on anticiper sa protection ?

- Annexes
- Glossaire
- Présentation des Fédérations

1.Quelles sont les alternatives aux mesures de curatelle et tutelle ?

LA PROCURATION

La procuration est un outil simple qui permet d’agir efficacement pour le compte d’une autre personne.

Néanmoins, elle a ses limites. Elle nécessite un consentement éclairé pour être donnée. Pour bien fonctionner, elle suppose une bonne entente familiale et un patrimoine simple à gérer.

LES RÉGIMES MATRIMONIAUX, AUTORISATION OU HABILITATION SPÉCIALE ENTRE ÉPOUX

Les époux se doivent secours et assistance. Chacun peut effectuer seul les actes de gestion courante. Dans certaines situations, un époux peut être autorisé ou habilité par le juge à accomplir un ou plusieurs actes pour l’autre conjoint, hors d’état de manifester sa volonté.

Un ascendant, un descendant, un frère ou une sœur, un partenaire d’un pacte civil de solidarité ou un concubin pourra représenter ou passer certains actes au nom de la personne majeure hors d’état de manifester sa volonté, grâce à une habilitation par justice.

L’HABILITATION FAMILIALE

L’habilitation familiale est une nouvelle procédure mise en place par l’ordonnance du 15 octobre 2015. Elle vise à simplifier les démarches à accomplir par les proches d’une personne hors d’état de manifester sa volonté pour la représenter ou passer des actes en son nom. Elle leur permet ainsi de prendre ces mesures sans avoir à se soumettre au formalisme habituel des mesures de protection judiciaire (tutelle, curatelle...).

2. Qui protéger et pourquoi ?

La protection judiciaire permet d’éviter les éventuels abus dont une personne peut être victime ou les dommages qu’elle peut se causer à elle-même. Cette protection participe au respect de ses droits et de sa dignité.

Toute personne majeure, qui remplit obligatoirement les 2 conditions suivantes, peut bénéficier d’une mesure de protection judiciaire :

- si l’altération de ses facultés mentales et/ou corporelles, médicalement constatée, empêche l’expression de sa volonté ;

- si elle est dans l’impossibilité de pourvoir seule à ses intérêts.

Exemples : une personne atteinte de handicap mental, de troubles psychiatriques, de la maladie d’Alzheimer, dans le coma suite à un accident… ■

A noter : Si l’altération des facultés n’est pas médicalement établie et que la personne rencontre de grandes difficultés, il existe des dispositifs sociaux d’accompagnement (Mesure d’Accompagnement Social Personnalisé, Mesure d’Accompagnement Judiciaire, Accompagnement Social Lié au Logement, Action Educative et Budgétaire…).

3. Qu’est-ce qu’une mesure de protection judiciaire ?

Les mesures sont destinées à la protection tant de la personne que de ses biens. Le juge des tutelles peut toutefois les limiter à l’une de ces deux missions.

La sauvegarde de justice est une mesure de protection provisoire, qui peut être mise en place rapidement. La personne conserve, en principe, l’exercice de ses droits.

Elle permet de contester a posteriori des actes passés par la personne, qui lui seraient préjudiciables. Il existe plusieurs types de sauvegarde de justice :

- Médicale : sur déclaration médicale au procureur de la République ;

- Autonome : prononcée par le juge des tutelles, comme une mesure à part entière ;

- Transitoire : prononcée par le juge des tutelles saisi d’une demande de curatelle ou de tutelle, dans l’attente de sa décision ;

Pour ces deux derniers types de sauvegarde, le juge peut désigner un mandataire spécial pour accomplir certains actes déterminés.

La curatelle est une mesure de protection judiciaire pour une personne qui, bien que pouvant agir personnellement, a besoin d’être assistée ou contrôlée d’une manière continue dans les actes importants de la vie civile.

Le curateur ne peut se substituer à la personne. Rien ne peut se faire sans l’accord de celle-ci, sauf décision contraire du juge des tutelles. La personne peut continuer à accomplir seule certains actes.

La curatelle peut avoir différents degrés, selon la situation de la personne :

- Curatelle simple : la personne protégée accomplit seule les actes de gestion courante. Par principe, elle décide seule des actes relatifs à sa personne (par ex : choix du domicile, santé, hospitalisation, relations personnelles…). Elle perçoit ses ressources, règle ses dépenses et gère elle-même son compte courant. Elle doit cependant être assistée de son curateur pour les actes importants ayant une incidence sur son patrimoine (souscription d’emprunt, achat ou vente d’un bien immobilier…). Cela nécessite une double signature : celle de la personne protégée et celle du curateur.

- Curatelle renforcée : outre les règles prévues pour la curatelle simple, le curateur perçoit seul les revenus de la personne protégée et règle ses dépenses à partir d’un compte ouvert au nom de cette dernière. Il met à disposition de la personne protégée l’excédent (somme restant une fois les dépenses réglées).

La tutelle est une mesure de protection judiciaire pour la personne dont l’altération des facultés nécessite d’être représentée de manière continue dans tous les actes de la vie civile. Cependant, par principe, elle décide seule des actes relatifs à sa personne (choix du domicile, santé, hospitalisation, relations personnelles…).

Le tuteur accomplit seul les actes de gestion courante, perçoit les revenus et règle les dépenses, en associant la personne protégée en fonction de ses capacités. Pour les actes les plus importants ayant une incidence sur le patrimoine, l’autorisation préalable du juge ou du conseil de famille s’il est constitué, est indispensable.

Les mesures de curatelle ou de tutelle sont à durée déterminée. Lors de l’ouverture de la mesure, la durée fixée par le juge des tutelles est en principe de 5 ans maximum. Celle-ci peut exceptionnellement être supérieure sans pour autant dépasser une durée de 10 ans si le médecin atteste dans le certificat que l’état de santé de la personne à protéger le nécessite. A l’issue de ce délai, la mesure peut être renouveler. Dans cette hypothèse, la durée de la mesure ne pourra pas être supérieure à 20 ans en fonction de l’état de santé de la personne concernée.

La révision de la mesure de protection doit être demandée avant la fin de la durée prévue dans le jugement. Cette demande doit être accompagnée d’un certificat médical.

Il est à noter que toutes les mesures de protection déjà renouvelées pour plus de 10 ans, avant le 18 février 2015, devront impérativement être revues avant le 18 février 2025.

La sauvegarde de justice ne peut être prononcée que pour une durée d’un an, renouvelable une fois.

4. Qui peut demander une mesure de protection judiciaire ?

Le juge des tutelles ne peut agir que s’il reçoit une demande. Il ne peut donc pas se saisir lui-même de l’ouverture d’une mesure de protection judiciaire.

Seules les personnes suivantes peuvent s’adresser directement au juge des tutelles :

- la personne elle-même ;
- son conjoint, son partenaire lié par un PACS ou son concubin lorsqu’il y a vie commune ;
- un parent (ascendant, descendant, frère, sœur…) ou un allié (famille par alliance) ;
- une personne qui entretient des liens étroits et stables avec la personne à protéger ;
- le procureur de la République.

S’il y a déjà une mesure de protection, la personne chargée de l’exercer peut demander son renouvellement ou sa modification (cf. question 9).

Toutes les autres personnes (médecins, travailleurs sociaux, directeurs d’établissements, banquiers, notaires…) doivent saisir le procureur de la République. Ce dernier appréciera alors l’opportunité de saisir le juge des tutelles.

5. Comment demander l’ouverture d’une mesure de protection judiciaire ?

La demande doit être présentée au juge des tutelles par requête (courrier) au tribunal d’instance de la résidence habituelle de la personne à protéger.

Sous peine d’irrecevabilité, cette requête doit obligatoirement être accompagnée d’un certificat médical circonstancié, rédigé par un médecin inscrit sur une liste établie par le procureur de la République, de la justification de l’identité de la personne à protéger (copie intégrale de l’acte de naissance) ainsi que d’une description des faits qui rendent nécessaire la mesure de protection.

Cette requête doit comporter :
- l’identité de la personne qui fait la demande et ses liens avec la personne à protéger ;
- la situation familiale ;
- les personnes de l’entourage ;
- les coordonnées du médecin traitant ;
- la situation patrimoniale et financière…

A noter : Des formulaires existent dans certains tribunaux ou dans les services d’information et de soutien aux tuteurs familiaux. La liste des médecins inscrits est disponible auprès des greffes des tribunaux d’instance, du procureur de la République et des services d’information et de soutien aux tuteurs familiaux.

6. Comment le juge des tutelles examine la demande ?

L’audition de la personne est obligatoire. Non publique, elle est un moment clé de la procédure avec le juge des tutelles.

En général, l’audition se déroule au tribunal d’instance. Le juge peut, toutefois, se rendre au domicile de la personne ou dans tout autre lieu approprié en cas de nécessité (établissement, hôpital…).

L’audition permet au juge des tutelles de constater, par lui-même, la situation de la personne et de lui donner une information adaptée à ses capacités. C’est l’occasion pour la personne de s’exprimer et de donner son avis.

Elle peut, si elle le souhaite, être assistée d’un avocat (aide juridictionnelle possible) ou, avec l’accord du juge des tutelles, être accompagnée de toute autre personne de son choix.

Si l’audition est de nature à porter atteinte à la santé de la personne, ou si cette dernière est hors d’état d’exprimer sa volonté, le juge des tutelles peut se dispenser de cette rencontre, en motivant sa décision et sur avis du médecin inscrit sur la liste établie par le procureur de la République.

Le juge des tutelles est tenu d’entendre la personne qui se propose d’exercer la mesure de protection, si elle en fait la demande.

Afin d’éclairer sa décision, le juge des tutelles dispose de différents moyens :
- certificat médical circonstancié ;
- audition de toute personne de son choix ;
- avis du médecin traitant ;
- enquête sociale ;
- enquête de police ou de gendarmerie.

Tout refus de la personne à protéger d’être examinée par par un médecin inscrit doit être constaté dans un certificat de carence pour permettre la poursuite de la procédure. De même, tout refus de la personne à protéger d’être entendue par le juge des tutelles sera consignée dans un procès verbal afin de permettre la poursuite de la procédure.

7. Qui peut être désigné pour exercer une mesure de protection judiciaire ?

La loi pose le principe que la protection d’une personne vulnérable est un « devoir des familles ». En conséquence, elle impose au juge ou au conseil des familles s’il est constitué, un ordre de priorité :

- la personne choisie par la personne à protéger ;
- le conjoint, le partenaire lié par un PACS ou le concubin, s’il y a communauté de vie ;
- un parent, un allié, une personne résidant avec la personne à protéger ou entretenant avec elle des liens étroits et stables.

Le juge prend en compte les souhaits exprimés par la personne à protéger, ses relations avec la personne choisie, sauf :

- si cette désignation est contraire à ses intérêts ;
- si la personne désignée refuse sa mission ou est dans l’impossibilité de l’exercer.

En dernier recours, lorsqu’aucun membre de l’entourage ne peut exercer la mesure, le juge nomme un Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs (association, mandataire privé ou préposé d’établissement).

Le juge des tutelles peut désigner, s’il l’estime opportun, plusieurs curateurs ou tuteurs.

Si nécessaire, il peut aussi nommer une personne chargée de surveiller les actes passés par le curateur ou le tuteur, appelée « subrogé curateur » ou « subrogé tuteur ».

Lorsqu’il y a conflit d’intérêt entre la personne protégée et son curateur ou tuteur, le subrogé se substitue à ce dernier dans l’accomplissement de l’acte. En l’absence de subrogé, le juge nomme un curateur ou tuteur ad hoc.

En tout état de cause, la décision finale appartient au juge des tutelles.

8. Un changement de curateur ou de tuteur est-il possible ?

La désignation du curateur ou du tuteur n’est jamais définitive.

Le juge ou le conseil de famille s’il est constitué, peut prendre l’initiative de procéder à un changement, dès lors qu’il considère que c’est de l’intérêt de la personne.

Une demande motivée peut aussi être formulée auprès du juge des tutelles, par :

- la personne protégée ;
- le curateur ou le tuteur ;
- un tiers portant intérêt à la personne protégée.

En tout état de cause, cette décision appartient au juge des tutelles ou au conseil de famille s’il est constitué.

9. La mesure de protection judiciaire peut-elle évoluer ?

LLe juge des tutelles peut à tout moment mettre fin à la mesure, l’aménager ou la remplacer par une autre mesure de protection. Pour cela, il doit :

- entendre la personne protégée ;
- recueillir l’avis du curateur ou du tuteur ;
- s’appuyer sur un certificat médical, qui devra être circonstancié en cas d’aggravation du régime de protection.

Il peut le faire, selon le cas, de sa propre initiative ou à la demande de l’une des personnes pouvant solliciter une mesure de protection (cf. question 4).

A tout moment, la mesure peut :

- être aggravée (passage d’une curatelle à une tutelle) ;
- être allégée (passage d’une curatelle renforcée à une curatelle simple) ;
- être aménagée en autorisant ou interdisant certains actes (perception de certains revenus par la personne en tutelle) ;
- être levée (mainlevée : fin de la mesure).

10. Quels sont les contestations et recours possibles ?

En principe, toute décision du juge des tutelles peut faire l’objet d’un recours. Elle est notifiée (adressée) par lettre recommandée (avec accusé de réception) ou remise en main propre.

Le délai d’appel (contestation) est fixé à 15 jours, à compter de cette notification.

Le recours est adressé au greffe du tribunal d’instance, sous la forme d’une requête (exposant les motifs) par lettre recommandée (avec accusé de réception). Il est examiné devant la Cour d’Appel, l’assistance d’un avocat n’est pas obligatoire.

Sont susceptibles de déposer un recours :

- la personne elle-même ;
- son conjoint, son partenaire lié par un PACS ou son concubin lorsqu’il y a vie commune ;
- un parent (ascendant, descendant, frère, sœur…) ou un allié (famille par alliance) ;
- une personne qui entretient des liens étroits et stables avec la personne protégée ;
- la personne chargée de la mesure de protection, s’il y en a déjà une ;
- le procureur de la République.

En revanche, en cas de refus du juge des tutelles de prononcer une mesure de protection seule la personne qui en a fait la demande peut exercer un recours.

L’appel suspend la mise en œuvre de la décision du juge des tutelles. Cependant, si elle est assortie d’une « exécution provisoire », ce qui est souvent le cas, elle continue de s’appliquer.

11. Quels sont les droits et les libertés de la personne protégée ?

La protection a pour finalité l’intérêt de la personne, elle doit favoriser son autonomie, dans la mesure du possible. Elle est assurée dans le respect de la « Charte des droits et libertés de la personne protégée » (cf. annexe p.38). Ce document doit être remis à la personne protégée dès le début de sa mesure.

Le curateur ou le tuteur doit exercer la mesure de protection dans le respect de la dignité de la personne protégée et prendre en compte ses besoins et sa volonté. Il peut également recueillir l’avis de sa famille et de ses proches.

Enfin, certains actes ne peuvent être accomplis que par la personne protégée elle-même ; ils sont dits « strictement personnels » (cf. question 13).

12. Quelles sont les obligations du curateur ou du tuteur dès sa nomination ?

Les missions du curateur ou du tuteur varient en fonction du type de mesure (curatelle simple ou renforcée, tutelle). De ces missions, précisées dans le jugement initial, découlent certaines obligations.

Le tuteur ou le curateur avertit la personne protégée de ses missions.

ATTENTION : Il est indispensable de bien lire le jugement.

EN CURATELLE SIMPLE

Dès sa nomination, le curateur doit informer de la mesure de protection judiciaire les organismes bancaires ainsi que les professionnels intervenant dans la gestion patrimoniale (notaire, avocat,…).

EN CURATELLE RENFORCÉE ET EN TUTELLE

Dès sa nomination, le curateur ou le tuteur doit informer de la mesure de protection judiciaire les tiers (banque, assurance, caisse de retraite, sécurité sociale, mutuelle…) en leur adressant une copie ou un extrait du jugement (cf annexes p.44-45).

L’information faite aux tiers doit mentionner les coordonnées du curateur ou du tuteur, afin qu’il soit destinataire de l’ensemble des courriers administratifs et financiers.

Il doit également vérifier que la personne protégée est assurée (responsabilité civile, multirisques habitation, véhicule…) et qu’elle bénéficie des droits auxquels elle peut prétendre (sécurité sociale, prestations sociales…).

Dans les trois mois de l’ouverture de la mesure, le curateur ou le tuteur doit obligatoirement adresser au juge des tutelles un inventaire du patrimoine de la personne protégée (cf. annexe p.48).

Le curateur ou le tuteur doit conserver et faire fonctionner les comptes bancaires existants de la personne protégée. Lorsque cette dernière n’est titulaire d’aucun compte, il doit lui en ouvrir un.

Le curateur ou le tuteur liste l’ensemble des charges et des ressources de la personne protégée afin de réaliser un budget prévisionnel. En tutelle, le tuteur doit transmettre le budget pour information au juge des tutelles ou au conseil de famille s’il a été constitué. En cas de difficulté pour l’établissement de ce budget, ce dernier sera arrêté par le juge des tutelles ou le conseil de famille s’il a été constitué.

13. Quelles sont les obligations du curateur ou du tuteur en cours de mesure de protection ?

ATTENTION : Il est indispensable de bien relire le jugement.

Les missions du curateur ou du tuteur varient en fonction du type de mesure (curatelle simple ou renforcée, tutelle). De ces missions, précisées dans le jugement initial, découlent certaines obligations.

La loi pose le principe que la personne protégée doit recevoir une information adaptée à sa compréhension.

De façon générale, la mesure est destinée à la protection tant de la personne que de ses biens. Toutefois, le juge des tutelles peut expressément la limiter à l’une de ces deux missions ou confier chacune d’elles à des personnes différentes.

La mission du curateur ou du tuteur est strictement personnelle. Néanmoins, avec l’autorisation du juge des tutelles, il peut se faire aider dans sa mission, par un tiers spécialiste (gestionnaire du patrimoine, professionnel de l’immobilier,...).

À noter : Dans tous les cas, le curateur ou le tuteur peut se rapprocher d’un service d’information et de soutien aux tuteurs familiaux de son département, qui l’orientera vers les personnes et les services compétents (se renseigner auprès du greffe du tribunal d’instance ou de grande instance).

PROTECTION DE LA PERSONNE

Certains actes dits « strictement personnels », ne peuvent être accomplis que par la personne protégée elle-même.

Quelle que soit la mesure de protection, la personne protégée prend seule les décisions la concernant. Lorsque son état ne le permet pas, la loi prévoit l’intervention du curateur, du tuteur ou du juge des tutelles ou du conseil de famille s’il est constitué.

Néanmoins, une réglementation spécifique existe pour :

- le logement : choix du lieu de vie, résiliation de bail, effets personnels, meubles,…
- la vie privée : PACS, mariage, divorce…
- la santé : soins psychiatriques sans consentement, don d’organes, hospitalisation, intervention chirurgicale…

Le curateur ou le tuteur rend compte au juge des tutelles ou au conseil de famille s’il est constitué, des démarches effectuées dans le cadre de la protection de la personne.

PROTECTION DES BIENS

Le curateur ou le tuteur doit gérer les biens de la personne protégée ou l’aider à le faire de manière prudente, diligente et avisée.

Le curateur ou le tuteur perçoit les ressources sur un compte ouvert au nom de la personne protégée et les affecte au paiement des charges courantes de cette dernière. Les paiements par prélèvement, par chèque ou virement bancaire permettent une meilleure lisibilité et facilitent le contrôle des comptes.

Le budget prévisionnel annuel permet d’associer la personne protégée à la gestion de ses affaires. En curatelle renforcée, il sera mis à disposition de la personne protégée. Il est conseillé de le mettre à jour chaque année et/ou à chaque changement de situation.

En fonction de la nature de l’acte envisagé, le curateur ou le tuteur devra recueillir l’accord de la personne (si possible par écrit) et/ou du juge des tutelles.

A noter : L’autorisation du juge des tutelles est sollicitée par requête (courrier), expliquant précisément l’opération envisagée et accompagnée de tout justificatif utile. Un compte-rendu de gestion annuel (cf. annexe p.50) doit être remis au greffier en chef afin de rendre compte de l’exercice de la mesure. Toutefois, le juge des tutelles peut en dispenser le curateur ou le tuteur familial, au vu de la modicité du patrimoine de la personne protégée.

A noter : Il est nécessaire de conserver une copie de chaque compte-rendu de gestion.

Le curateur ou le tuteur doit actualiser l’inventaire en cas de changement significatif de la situation de la personne protégée (cf. question 12).

14. Comment prend fin une mesure de protection et quelles en sont les conséquences ?

La mesure de protection prend fin automatiquement par :

- le non renouvellement de la mesure ;
- le décès de la personne protégée ; Elle peut également prendre fin par :

- la mainlevée de la mesure : jugement par lequel le juge des tutelles y met un terme ;
- le déménagement à l’étranger de la personne protégée : lorsque l’éloignement géographique empêche le suivi et le contrôle de la mesure.

Dans ces hypothèses, dès lors que les missions du curateur ou du tuteur prennent fin, la personne n’est plus protégée et retrouve sa pleine capacité juridique.

15. Quels sont les actes à effectuer à la fin de la mission du curateur ou du tuteur ?

Dès sa fin de mission, le curateur ou le tuteur doit informer les tiers en lien avec la personne protégée (banque, assurance, caisse de retraite, sécurité sociale, mutuelle…).

En cas de décès de la personne, il doit en informer le juge des tutelles.

Le curateur (curatelle renforcée) ou le tuteur doit réaliser le compte-rendu de gestion reprenant les opérations faites depuis le précédent.

Un exemplaire de ce document doit être remis au greffier en chef du tribunal d’instance.

Un autre exemplaire, accompagné des 5 derniers comptes- rendus de gestion, doit être remis :

- à la personne s’il y a eu mainlevée ;
- à la personne nouvellement chargée de la mesure ;
- le cas échéant au notaire ou aux héritiers de la personne protégée décédée.

Pendant les 5 années suivant la fin de la mission, le curateur ou le tuteur doit conserver les justificatifs de sa gestion, qu’il peut être amené à présenter en cas de réclamation.

16. Comment s’exerce le contrôle de la mesure de protection judiciaire ?

Le juge des tutelles et le procureur de la République exercent une mission de surveillance générale des mesures de protection.

Le curateur ou le tuteur rend compte au juge des tutelles ou au conseil de famille s’il est constitué, des démarches effectuées dans le cadre de la protection de la personne, selon les modalités déterminées par ce dernier. De même, il doit informer le juge des tutelles et justifier de l’exécution des ordonnances (placement de capitaux, vente d’un bien immobilier, ouverture d’un compte…).

Le contrôle des comptes-rendus de gestion annuels est effectué par le greffier en chef du tribunal d’instance. Il peut demander l’assistance d’un huissier de justice dont les honoraires sont à la charge de la personne protégée. A l’issue de ce contrôle et en cas d’irrégularité, le juge des tutelles sera saisi.

S’il existe un subrogé curateur ou un subrogé tuteur, il vérifie le compte-rendu de gestion que le curateur ou le tuteur doit lui transmettre. Il doit ensuite le communiquer au greffier en chef.

En cas de nécessité, le juge des tutelles peut demander toute justification ou information qu’il jugera utile, rendre visite ou faire visiter les personnes protégées et diligenter des enquêtes sociales.

Lorsque la mesure de tutelle ou de curatelle renforcée est confiée à la famille, le juge des tutelles peut dispenser le curateur ou le tuteur de réaliser un compte de gestion si les revenus et le patrimoine de la personne protégée sont peu importants.

Inversement, si les revenus et le patrimoine sont particu- lièrement conséquents, le juge des tutelles peut autoriser la vérification du compte de gestion par un technicien (expert comptable, commissaire aux comptes,...) aux frais de la personne protégée.

Toute personne peut alerter le juge des tutelles lorsqu’elle constate que manifestement le curateur ou le tuteur ne remplit pas sa mission.

17. Quelles sont les responsabilités du curateur ou du tuteur ?

La responsabilité civile du curateur ou du tuteur peut être engagée en cas de manquement ou de faute de gestion. Cette procédure en responsabilité peut être engagée à compter de la survenance de la faute jusqu’à l’expiration d’un délai de 5 ans à compter de la fin de mission.

Si la faute est avérée, la personne protégée ou ses héritiers peuvent être indemnisés. Le curateur ou le tuteur peut souscrire une assurance en responsabilité civile spécifique pour se garantir des conséquences d’une éventuelle faute non intentionnelle.

Sa responsabilité pénale peut également être engagée, notamment lorsqu’il détourne des fonds ou abuse de la confiance ou de la faiblesse de la personne protégée.

18. Quel est le coût d’une mesure de protection ?

Le curateur ou le tuteur exerce sa mission à titre gratuit en vertu de la solidarité familiale.

Lorsque le curateur ou le tuteur est un professionnel, la personne protégée participe au financement de sa mesure, en fonction de ses ressources et de son patrimoine.

Selon l’importance des biens à gérer ou la difficulté d’exercer la mesure, le curateur ou le tuteur peut obtenir une indemnité dont le montant est fixé par le juge des tutelles ou le conseil de famille s’il est constitué. Cette indemnité est à la charge de la personne protégée.

Le coût du certificat médical circonstancié, pièce indispensable pour l’ouverture d’une mesure, établie par un médecin habilité, est fixé par décret (192€ TTC en 2016). Ces honoraires sont à la charge de la personne à protéger et ne peuvent faire l’objet d’aucun remboursement par la Sécurité Sociale. Dans certaines situations, le coût de ce certificat peut être, exceptionnellement, pris en charge par les frais de justice.

Lorsque le médecin, à la demande du procureur de la République ou du juge des tutelles, n’a pu établir le certificat médical circonstancié du fait du refus de la personne à protéger, ses honoraires sont fixés dans le même décret (30€ en 2015).

19. Comment peut-on anticiper sa protection ?

Une protection peut s’anticiper et être envisagée pour le futur de deux manières : soit judiciaire, soit contractuelle par un mandat de protection future.

LA DÉSIGNATION ANTICIPÉE DE LA PERSONNE CHARGÉE DE LA MESURE DE PROTECTION JUDICIAIRE

Toute personne majeure peut procéder à la désignation anticipée de son curateur ou tuteur dans l’éventualité d’une perte de ses capacités et de la mise en place d’une mesure de protection judiciaire. Cette désignation se fait par un acte écrit entièrement de sa main (acte sous seing privé) ou par déclaration devant notaire. Cette dernière possibilité est aussi offerte aux parents, lorsqu’ils assument la charge affective et matérielle de leur enfant majeur. Cette désignation s’imposera au juge des tutelles, sauf si elle est contraire aux intérêts de la personne à protéger ou si la personne désignée refuse d’exercer sa mission ou est dans l’impossibilité de l’exercer. Les règles du Code civil relatives à la protection judiciaire des majeurs (curatelle/tutelle) s’appliquent dans cette hypothèse.

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE

Toute personne majeure ou mineure émancipée (le mandant) peut rédiger un mandat de protection future, par contrat, dans l’hypothèse d’une altération future de ses facultés. Il s’agit de charger une ou plusieurs personnes (le(s) mandataire(s)) de la représenter. Ces dernières peuvent être des personnes physiques ou morales (association tutélaire). Le ou les mandataires doivent accepter le mandat expressément en le signant.

Le mandat de protection future peut être établi par un acte devant notaire (authentique) ou un acte entièrement écrit de la main de la personne (sous seing privé).

Selon la forme du mandat (authentique ou sous seing privé), les pouvoirs du mandataire seront plus ou moins étendus mais ne pourront pas excéder ce qui est prévu expressément dans le mandat.

Toutefois, devant l’absence d’enregistrement de cet acte, il est important de le conserver afin de pouvoir le transmettre au juge des tutelles qui sera saisi d’une demande de protection judiciaire.

Cette possibilité est aussi ouverte aux deux parents qui doivent agir conjointement pour leur enfant mineur sur lequel ils exercent l’autorité parentale ou leur enfant majeur en situation de handicap, lorsqu’ils en assument la charge affective et matérielle. Cela suppose que les parents ne soient pas eux-mêmes en curatelle ou en tutelle.

Annexes

- modèles de documents types

- Glossaire
- Présentation des Fédérations


Image : Couverture Guide ISTF
Curateur ou tuteur familial - Suivez le guide (oct. 2016)
PDF - 3.1 Mo

Curateur ou tuteur familial - Suivez le guide (oct. 2016)
Fiches techniques "Curateur ou tuteur familial - Suivez le guide" (MAJ oct. 2016)
PDF - 1.1 Mo

 Fiches techniques "Curateur ou tuteur familial - Suivez le guide" (MAJ oct. 2016)
Haut de page