Communiqué de presse N°20 – 29 septembre 2014

Politique familiale : 20 ans de construction remis en cause

29/09/2014

logo UNAF

Malgré deux premiers plans d’économie drastique, le Gouvernement vient d’annoncer une troisième salve d’économies sur la politique familiale. Pour l’UNAF, des mesures répétées contre les familles avec jeunes enfants finiront par avoir des effets catastrophiques sur l’économie, sur la natalité et sur l’emploi des femmes.

Les familles avec enfants encore dans le viseur

Depuis 2012, les mesures se sont succédées : Baisse du quotient familial, fiscalisation des majorations de pensions, réduction de l’Allocation de base de la PAJE… déjà plus de 4 milliards d’euros pris aux familles. Aujourd’hui, avec ces nouvelles annonces, les familles avec jeunes enfants sont encore dans le viseur.
-  Annulation du gel des prestations familiales  : finalement, comme il n’y a pas d’inflation, c’est une mesure qui ne rapporte presque rien, donc on l’annule. Mais on le remplace par des mesures structurelles qui risquent de porter atteinte, pour longtemps, à l’ensemble des familles.
-  Report de 14 à 16 ans de la majoration des allocations familiales  : avec ce report de 2 ans, les familles vont perdre 1 500 euros par enfant. C’est pourtant à l’adolescence que la charge d’enfant s’alourdit, cette annonce est donc en total décalage avec la réalité de la vie des familles.
-  Création d’une tranche supplémentaire au complément de mode de garde : elle va sanctionner les mêmes familles qui viennent de subir la baisse du quotient familial et la réduction de l’allocation de base de la PAJE. Pour l’UNAF, cette sanction des couples biactifs (2000 euros de revenu par personne) risque de décourager les femmes de travailler. Elle est en contradiction avec l’objectif de retour à l’emploi et d’augmentation des salaires féminins.
-  Réduction de la prime de naissance à partir du 2e enfant  : cette prime aide pourtant les parents à accueillir leurs jeunes enfants. Encore un mauvais signe adressé aux parents qui souhaitent agrandir leur famille.

Le congé parental sacrifié

Cet été, les parlementaires ont voté le principe d’un partage du congé parental avec un engagement du Gouvernement de le limiter à 6 mois, assorti d’une évaluation. Moins de 2 mois plus tard, ils vont découvrir qu’ils ont voté un « chèque en blanc » car le décret d’application – qui n’est toujours pas sorti - permettra d’allonger cette obligation de partage et donc de réduire le congé parental encore davantage. Avec un taux de chômage féminin de 10%, comment peut-on croire que la diminution du congé parental remettra les femmes dans l’emploi ? Bien au contraire, cette réduction sonne « le retour au foyer » de celles qui réussissaient à travailler à temps partiel pendant leur congé parental. Ce sont des années d’acquisition de droits pour les mères qui travaillent, qui sont remises en cause !

Cette mesure augmentera, aussi, le besoin en mode de garde alors que le nombre de places d’accueil est déjà fortement déficitaire.

Enfin, la loi s’applique à partir du 1er octobre : imaginez la situation des parents qui attendent un enfant et qui ne savent toujours rien des modalités exactes de ce dispositif, ni quelle sera la durée d’obligation de partage. Accueillir des enfants c’est se projeter sur 20 ans, aujourd’hui, elles ne peuvent même pas se projeter à 2 jours !

L’UNAF craint que ces nouvelles annonces démolissent la confiance des familles dans la politique familiale. Depuis le milieu des années 90, la France avait redressé sa situation en réussissant progressivement à concilier un fort taux d‘activité féminine avec une bonne natalité. Ces mesures ciblées sur les parents de jeunes enfants risquent de nous ramener 20 ans en arrière. Quel gâchis !

L’Union Nationale des Associations Familiales est l’institution nationale chargée de promouvoir, défendre et représenter les intérêts de l’ensemble des familles vivant sur le territoire français, quelles que soient leurs croyances ou leur appartenance politique. www.unaf.fr. Contact presse : Laure MONDET 01 49 95 36 05


Image : logo UNAF

PDF - 36.7 ko

cp_20-non_a_la_demolition_de_la_pf.pdf
Haut de page