L’UNAF a rencontré le nouveau Délégué interministériel à la sécurité et à la circulation routières

17/11/2014

Logo de l’UNAF

Stéphane Bernardelli, Administrateur de l’UNAF en charge des transports, accompagné de Marilia Mendes, Coordonnatrice du pôle "Habitat et Cadre de Vie" a rencontré le 4 novembre dernier, Jean-Robert Lopez, Délégué interministériel à la sécurité et à la circulation routières, qui a succédé à Frédéric Péchenard, au mois d’avril 2014.

Après avoir présenté le rôle et les missions de l’UNAF, Stéphane Bernardelli a mis en avant la particularité de l’Institution familiale. En effet, son approche globale de la politique familiale et de la vie des familles au quotidien, permet à l’UNAF de prendre en compte, non seulement les victimes des dangers de la route, mais aussi leurs familles et la société tout entière. Il a également insisté sur le rôle essentiel des parents qui sont les premiers éducateurs de leurs enfants, notamment par l’exemple qu’ils leur donnent et les valeurs qu’ils transmettent.

Stéphane Bernardelli a ensuite montré combien l’UNAF et les UDAF étaient engagées dans le champ de la sécurité routière en s’appuyant sur les nombreuses actions menées dans le cadre de la convention de partenariat signée entre l’UNAF et la DISR en mars 2011 (lire en rappel). Il a exprimé la volonté de l’UNAF de continuer à travailler en étroite collaboration avec la DISR.

Jean-Robert Lopez souhaite que la sécurité routière reste une thématique prioritaire et que l’ensemble de la société civile se sente mobilisée pour prendre le relais en indiquant que le rôle de l’UNAF est pour lui essentiel. Il a déploré la forte augmentation du niveau de l’accidentalité en 2014 et souligné qu’il fallait absolument passer en-dessous de la barre des 3.000 morts par an en France.

Le Délégué interministériel souhaite avancer sur d’autres thématiques comme l’usage de l’alcool, des stupéfiants, du défaut d’assurance, du défaut de permis de conduire, entre autres. Les trois piliers fondamentaux de la sécurité routière sont pour lui : la prévention, la sanction, mais aussi la sensibilisation sous l’angle de l’acceptation des mesures. Il est convaincu qu’une politique centrée uniquement sur la sanction et la limitation de la vitesse ne suffira pas si les décisions ne sont pas comprises et acceptées.

Jean-Robert Lopez est ensuite revenu sur les outils mis en place pour préparer les jeunes conducteurs, le plus tôt possible, au monde de la conduite, comme les Attestations scolaires de sécurité routière (ASSR) et la conduite accompagnée. Il a précisé qu’une ASSR de niveau 3 était en préparation pour la rentrée 2015 pour les élèves de seconde et de première, en complément des ARSS de niveau 1 (pour les classes de 5ème) et de niveau 2 (pour les classes de 3ème) en place depuis plusieurs années.

Concernant l’apprentissage anticipé de la conduite, possible dès 15 ans depuis le 1er novembre 2014, Jean-Robert Lopez souhaite que l’UNAF puisse être un relais, auprès des familles, pour promouvoir la « conduite accompagnée » dont la réussite doit être comprise. Ce mode d’apprentissage permet en effet aux jeunes conducteurs d’acquérir les bons réflexes, les bons comportements, pour une conduite responsable et sûre dès leur entrée dans le monde de la conduite. Stéphane Bernardelli a précisé que l’UNAF était attachée à cette forme d’apprentissage en instant sur la nécessité d’un accompagnement de qualité.

En conclusion de cette rencontre, riche en échanges, Jean-Robert Lopez a exprimé son souhait de travailler avec l’UNAF sur des actions concrètes et a proposé une réunion de travail prochainement, afin de finaliser une nouvelle convention de partenariat.

@ : mmendes@unaf.fr


Image : Logo de l’UNAF
Haut de page