L’UNAF était présente au Salon européen de l’éducation en présence de la ministre de l’Education, Najat Vallaud Belkacem

01/12/2014

Illustration article

L’UNAF était présente sur le stand du salon européen de l’éducation, qui s’est tenu du 27 au 30 novembre au au parc des expositions de la porte de Versailles. L’occasion, pour Rémy Guilleux, vice-président et président du département "Education - Jeunesse" et Patricia Humann, coordonnatrice du pôle "Education - Handicap - Petite enfance", de faire connaitre l’institution aux nombreux parents venus accompagnés de leurs enfants rencontrer les diverses écoles et universités. L’UNAF a pu aussi se présenter aux enseignants présents, qui se sont montrés très intéressés par les diverses publications de l’Institution, le "Réalités familiales" ou encore les études qualitatives qu’elle édite en nombre chaque année, sur les sujets tels que l’absentéisme, l’orientation, l’engagement des jeunes, les relations avec les parents séparés...

La ministre de l’Education, Najat Vallaud Belkacem a rappelé les difficultés, bien connues, de l’éducation en France : difficulté à faire réussir les élèves issus de classes sociales moins favorisées. Elle est revenue sur son engagement prioritaire sur ce sujet et confirmé le maintien des 54 000 postes de professeurs supplémentaires. Elle a aussi annoncé pour janvier prochain une réforme concernant l’allocation de moyens aux établissements qui sera proportionnée à la population et a réaffirmé sa volonté de maintien des postes dans les écoles rurales, à condition tout au moins qu’elles puissent se regrouper en intercommunalité quand cela est nécessaire.

La réforme de l’éducation prioritaire qui change la donne concernant les établissements intégrés ou non, pourra prendre davantage en charge les élèves fragilisés, selon la ministre. 1082 réseaux vont être créés. A coté de ces réseaux, la ministre a rassuré les anciens établissements de ZEP en leur promettant une dotation fine en fonction de leur difficultés. Par ailleurs, la ministre a annoncé la refonte du socle commun de connaissances et de compétences et de culture prévue par la loi de refondation de l’Ecole de la République de juillet 2013.

3000 postes sont prévus pour les écoles maternelles pour les moins de 3 ans. D’ores et déjà, la ministre a affirmé que le taux de scolarisation des 2 à 3 ans en éducation prioritaire atteignait maintenant 20% au niveau national et 30 % dans certains départements comme ceux du Nord-Pas-de-Calais et annoncé une réforme du collège en 2015. Enfin, elle a rappelé l’engagement du chef de l’état pour développer le numérique à l’école via notamment la formation des enseignants. Discours de la ministre.

@ : phumann@unaf.fr

Haut de page