Budgets types : 3ème trimestre 2014

15/12/2014

logo des Budgets Types

Des budgets constants

Des grandes vacances plus coûteuses

La saison estivale s’accompagne d’une augmentation des prix des services aux mois de juillet et aout. Ce constat est encore plus marqué cette année : +4,3% pour le coût de l’hébergement de vacances (revoir indice INSEE) pour la famille A (un couple et 2 enfants). L’augmentation du taux de TVA de 7 à 10% sur les services peut être une explication.
L’habillement et les chaussures un coût stable
Comme chaque trimestre, le poste habillement (qui comprend les chaussures et les vêtements de sport) évolue fortement avec les soldes. La famille A paie -19% en juin, +13% en juillet et +5% en septembre comparativement à 2013. Au final, l’ensemble du trimestre il n’y a aucune variation.

Baisse du poste alimentation

Les conditions climatiques beaucoup plus favorables cette année ont rendu le prix des fruits et des légumes plus accessibles. Sur le trimestre, la famille A paie 55 euros de moins pour acheter ses fruits et 33 euros de moins pour les légumes. Le prix du sucre et des produits à base de sucre ou de cacao chutent également en raison d’une production abondante (-2,3% sur le trimestre). Au total, le poste alimentation est en recul de 2,3% pour la famille A.

Nouvelle baisse du poste information et communication

La famille B (un couple et deux adolescents) paie 1% de moins ce trimestre par rapport à 2013 pour son équipement informatique et communication. Le recul tendanciel des prix du matériel informatique se poursuit (-7% sur un an) et les prix des télécommunications, quasi stables en juillet et août, sont à nouveau en forte baisse en septembre.

Recul des prix de l’énergie

En raison d’une offre surabondante, notamment due à un bond de la production américaine, les cours du pétrole ont chuté de 30% depuis juin. Cette forte baisse ne se répercute pas totalement aux pompes, ni sur le prix du fioul domestique, mais le coût de l’essence pour la famille A baisse de 3,1% au 3ième trimestre par rapport à l’année dernière.
Le prix de l’électricité connait une hausse sur le trimestre : conséquente en juillet : +6,9 % sur un an, puis +2.8% en août et septembre. En avril dernier, le conseil d’État a annulé les tarifs calés sur une augmentation de 2 %, décidé à l’époque par le gouvernement Ayrault, au prétexte que cette hausse n’était pas assez élevée. Quant aux tarifs du gaz de ville, ceux-ci se replient. Au total, pour la famille B (un couple et 2 adolescents), la hausse du poste Energie lié au logement, sur le trimestre, est de 3%.

Hausse du poste santé

Ce poste augmente pour la famille D (famille de 4 enfants) de 2, 1% par rapport à 2014. Les prix des complémentaires santé ont augmenté du fait de la hausse de la TVA au premier janvier. Cette hausse est « modérée » car il n’y a pas de nouveau transfert de la Sécurité sociale vers les mutuelles et qu’il n’y a pas de nouvelles taxes qui pèseront directement sur elles. Après cette hausse estivale, les complémentaires ne devraient pas augmenter de plus de 2,5% l’an prochain. Plusieurs raisons expliquent cette relative modération : ralentissement des dépenses de santé (+2,6% sur un an et 2,5% à fin juillet, inférieur aux prévisions, chiffres Insee), et surtout, généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés d’ici janvier 2016[1], ce qui va modifier le marché de l’assurance santé individuelle.

La rentrée

Dans les budgets types les dépenses liées à l’éducation sont mensualisées, il n’est donc pas possible d’étudier spécifiquement le coût de la rentrée. Toutefois, les résultats des enquêtes effectuées annuellement pour la CSF et Familles de France sont disponibles dans la partie Education. Elles montrent une hausse relativement modérée du coût de la rentrée qui dépend des niveaux des enfants et du circuit de distribution.

@ : mbobbio@unaf.fr


Image : logo des Budgets Types
Haut de page