L’UNAF consultée sur la protection de l’enfance par la Ministre, Laurence Rossignol

26/01/2015

Logo de l’UNAF

Le lundi 19 janvier, Mme Rossignol, Secrétaire d’Etat chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie, a reçu l’UNAF, représentée par François Edouard, vice-président, président du département "Droit de la famille - Protection de l’enfance" et David Pioli, coordonnateur du pôle "Droit - Psychologie, sociologie de la famille" ainsi que trois autres associations de familles, à une réunion de concertation sur la protection de l’enfance.

Les témoignages de l’UNAF et des parents d’enfants placés à qui la Secrétaire d’Etat a donné la parole étaient totalement convergents. Il existe un fossé entre les textes et l’esprit de ces derniers, et leur application concrète. Si le système de protection de l’enfance continue de reposer sur un pilier essentiel – l’autorité parentale -, force est de constater que les droits liés à l’autorité parentale ne sont suffisamment respectés et que les différents professionnels peinent à travailler réellement avec les familles, tant dans la définition du projet de l’enfant, que dans la concrétisation pratique des projets élaborés. L’incompréhension gouverne ainsi assez largement l’économie des relations entre familles et professionnels.

Certaines des causes ont été clairement mises en exergue par les parents et l’UNAF, et de manière récurrente :
- manque d’information sur leurs droits et ceux des enfants, et ceci dès l’information préoccupante ou le signalement,
- sentiment d’être dépassés par la complexité du dispositif administratif et judiciaire,
- incompréhension lié à l’usage d’un jargon professionnel,
- absence de dialogue et d’écoute,
- sentiment d’être stigmatisés et dévalorisés face à des professionnels perçus comme tout-puissants,
- placements d’enfants incompris et vécus comme une trahison des professionnels auprès desquels on cherche de l’aide.

Une proposition de loi et différents rapports récents soulignent tout l’intérêt de la réforme de la protection de l’enfance de 2007 mais aussi la difficile application de certaines des dispositions prévues alors. Ces témoignages confirment qu’il convient d’aller plus loin dans le soutien à la parentalité et la mise en œuvre effective des droits des personnes. L’UNAF espère que ce processus de concertation, pris à l’initiative de la secrétaire d’Etat, marquera une étape en ce sens.

@ : dpioli@unaf.fr


Image : Logo de l’UNAF
Haut de page