Réforme du collège : points positifs, points de vigilance

01/06/2015

Photo : salle de classe

L’arrêté et le décret posant le cadre de la réforme du collège pour la rentrée 2016 viennent d’être publiés. Après débats au sein de son Conseil d’administration, l’UNAF souligne les nombreux points positifs de cette réforme tout en relevant des points de vigilance.

En préalable, l’UNAF rappelle que la priorité devrait être donnée au primaire afin que les élèves entrent au collège en maîtrisant les fondamentaux : lire, écrire, compter. Elle juge néanmoins que la réforme du collège est nécessaire car le collège unique, conçu comme une préparation au seul lycée général, n’est plus adapté.

Une réforme qui va dans le bon sens

Le nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture présente des objectifs plutôt ambitieux pour les élèves, même s’il convient de les préciser par des programmes bien définis.

Les heures d’accompagnement personnalisé pour tous sont indispensables surtout en 6e, car elles permettent d’aller plus loin avec certains élèves et d’en soutenir davantage d’autres.

La diversification des pratiques pédagogiques, en s’appuyant sur l’interdisciplinarité et des projets concrets, individuels ou collectifs, offre une autre manière de s’approprier les fondamentaux qui peut être plus efficace car plus motivante pour les élèves.

Pour ce faire, il est nécessaire de laisser une certaine autonomie aux établissements afin qu’ils puissent s’adapter à la spécificité de leurs élèves, via les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), tout en fixant un cadre.

Enfin, commencer la seconde langue pour tous les élèves dès la 5e est une bonne chose ce qui n’empêchera pas certains collèges de proposer 2 langues dès la 6e, de même que le latin ou le grec dès la 5e.

Certains points appellent à la vigilance

Les EPI peuvent être intéressants à condition que les enseignants s’en saisissent et que les établissements disposent de certains moyens pour les mettre en œuvre.

Cette réforme table sur un début de première langue dès le CP, or tous les enfants ne bénéficient pas de cet enseignement en primaire, faute d’enseignants formés.

L’UNAF s’est adressée à la Ministre de l’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche afin de transmettre ses remarques et ses positions. Y accéder. Elle restera par ailleurs très attentive aux nouveaux programmes présentés au Conseil supérieur de l’éducation en septembre 2015.

Retrouvez également la note d’analyse de l’UNAF.


Image : Photo : salle de classe

PDF - 46.6 ko

lettre_reforme_college_-_najat_vallaud_belkacem.pdf
Note d’analyse Réforme du College
PDF - 282.2 ko

Note d'analyse Réforme du College
Haut de page