L’UNAF a participé au Conseil National de la Transition écologique (CNTE) : bilan de la mise en œuvre de la feuille de route 2015

29/06/2015

logo du CNTE

Le dernier Conseil National de la Transition écologique (CNTE) s’est tenu sous l’égide de la Ministre de l’environnement, Ségolène Royal, le 16 juin dernier. Dominique Allaume-Bobe, administratrice en charge du dossier Développement durable y participait.

L’ordre du jour a porté sur le premier bilan de la mise en œuvre de la feuille de route 2015, suite à la conférence environnementale de novembre 2014 qui avait porté sur 3 tables rondes : préparation de la COP21, transports et mobilité durable, environnement et santé.

Les différents organismes membres du CNTE ont fait plusieurs remarques concernant les mesures qui en découlent et l’UNAF est intervenue sur l’organisation d’un atelier d’information et de sensibilisation au Développement durable et à l’écofrugalité qu’elle a proposé lors de la dernière Assemblée générale de l’UNAF des 13 et 14 juin derniers à Montpellier. Elle a demandé également que les médias, qui informent le grand public sur la COP21, soient bien conscients du risque « d’overdose » de nos concitoyens et restent à la portée de tous.

En ce qui concerne le Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) de la France présentée à la suite, plusieurs intervenants ont fait remarquer combien le scénario retenu semblait irréaliste (100% des logements anciens rénovés rapidement) à la fois en termes de coût pour l’Etat et les particuliers mais aussi de termes de temps (les artisans seront-ils capables de faire face à une telle somme de travail ?). La Stratégie Nationale Bas Carbone sera, en principe, soumise à l’approbation du prochain CNTE prévu en juillet.

Enfin la commission spécialisée sur la démocratie du dialogue environnemental, voulue par le Président de la République, a présenté ses travaux menés par Alain Richard.
Destinée à faire une concertation en amont des grands travaux qui peuvent provoquer une contestation (tels que le barrage de Sivens), la commission a proposé qu’une autorité environnementale indépendante se mette en place par exigence démocratique, en lieu et place du préfet ! Parmi les groupes organisés habilités à s’autosaisir de ces projets impactant l’environnement, l’UNAF s’est inquiétée de voir que les associations familiales ne pourraient pas (en l’état actuel du texte) prendre l’initiative d’une telle concertation alors même que les associations de l’environnement ou les conseils municipaux le pourraient.

@ : ssitbon@unaf.fr


Image : logo du CNTE
Haut de page