Séance plénière du CESE : La stratégie Europe 2020 - Les addictions

29/06/2015

Logo du CESE

A l’ordre du jour de la session des 23 et 24 juin 2015 de la séance plénière du Conseil économique, social et environnemental les questions suivantes ont été abordées :
• Perspectives pour la révision de la stratégie Europe 2020, rapporteur M. Alain Delmas au nom de la section des affaires européennes et internationales ;
• Les addictions rapporteure Mme Gisèle Ballaloud, au nom de la section des affaires sociales et de la santé.

Groupe de l’UNAF - Déclaration

Avec cet avis, le CESE prend part aux nombreuses contributions rédigées suite à la consultation lancée par la Commission européenne et devant aboutir sur des propositions à la fin de l’année 2015. Il était donc important qu’il fasse des recommandations opérationnelles et s’inscrive dans le calendrier fixé par la Commission. Pour le Groupe de l’UNAF, sont ainsi ouvertes des perspectives intéressantes et nécessaires à la révision de la stratégie Europe 2020.

L’expérience de l’échec de la stratégie de Lisbonne nous incite fortement à en rechercher les raisons et à changer de braquet pour l’actuelle stratégie Europe 2020. L’enjeu est certainement en premier lieu de faire que les objectifs soient atteints mais il est aussi de faire adhérer tous les citoyens au projet européen. Cette adhésion n’est pas innée et c’est la raison pour laquelle le Groupe de l’UNAF soutient la proposition de renforcer le processus démocratique par des espaces de dialogue et de concertation dans la mise en œuvre de la stratégie. Les fortes tensions sociales qui existent dans certains quartiers de même que la montée en puissance de formations politiques anti-européennes sont révélatrices d’une crise économique, sociale et politique à l’échelon de l’Europe. Il faut agir pour que les citoyens ne soient plus réfractaires à l’Europe et la voient comme une chance. La révision de la stratégie Europe 2020 constitue à ce titre une réelle opportunité. Ses objectifs doivent entrer dans le quotidien des familles, là où elles ne connaissent aujourd’hui de l’Europe que les contraintes budgétaires.

Deuxième proposition, qui retient l’attention du Groupe de l’UNAF : fixer des objectifs réalisables mais à la condition aussi qu’ils soient précisés. Sur ce point, le Groupe de l’UNAF rejoint l’appréciation faite de l’insuffisance d’un critère unique en matière d’emploi. S’il est important de fixer un objectif ambitieux d’emploi pour toutes les personnes en âge de travailler, un tel objectif ne doit pas dissimuler des atteintes trop importantes à la qualité des emplois. Pour le Groupe de l’UNAF, la prise en compte de la nécessaire conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle doit intégrer les critères constitutifs d’un emploi de qualité. Enfin, le Groupe de l’UNAF souhaite que cette révision à mi-parcours de la stratégie Europe 2020 structure le projet européen en mettant l’avenir des jeunes au cœur des priorités de l’Union.

Le Groupe de l’UNAF a voté l’avis.

« L’addiction, derrière le plaisir une douleur se construit. ». Cette citation de Friedrich Nietzsche rend compte de la tonalité de l’avis. En effet, il ne s’agit pas de stigmatiser des personnes sous l’emprise de drogues ou animées par des comportements pathologiques. L’avis préfère reconnaître une maladie pour ainsi laisser la place à un accompagnement sanitaire et sociale pour une possible sortie de l’addiction.

Le Groupe de l’UNAF a insisté plus particulièrement sur trois sujets assortis de recommandations dans cet avis. Tout d’abord, le sujet de la pratique « pathologique » des écrans, jeux vidéo et jeux en ligne. L’UNAF avec des partenaires a développé un certain nombre d’outils à destination des parents notamment avec le site pédagojeux : le jeu vidéo expliqué aux parents. Ce site permet aux parents de ne pas rester démunis devant la pratique de leurs enfants sur des jeux vidéo. Les parents sont la clef d’une utilisation raisonnée du jeu vidéo par leurs enfants. Cela suppose toutefois qu’ils s’intéressent sans a priori et en connaissance des signalétiques des jeux vidéo afin de pouvoir exercer pleinement leur rôle éducatif comme pour tout autre de leurs activités. Le Groupe de l’UNAF soutient donc pleinement les recommandations sur les jeux vidéo et souligne l’importance pour les jeux d’argent et de hasard en ligne de mener régulièrement des enquêtes pour bien cerner les évolutions des joueurs et éviter le basculement dans le jeu excessif.

Deuxième sujet, le projet d’avis prend en compte les difficultés, les souffrances rencontrées par la famille lorsque l’un de ses membres est touché par l’addiction. Les organismes ressources pour les familles sont cités au nombre desquels se retrouvent les Points Info Famille ou encore les Réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents (Reaap). Ces structures accompagnent les parents dans un parcours personnalisé de prise en charge en les rapprochant des interlocuteurs les mieux à même de les aider.

Enfin, l’avis trace des pistes courageuses pour réguler les stratégies « marketing » des fabricants d’alcool et de cigarettes cherchant toujours à contourner les messages de prévention et de santé publique pour les rendre inopérants. Les débats au Parlement sont les témoins réguliers d’action de lobbying des alcooliers et des fabricants de tabac. En décembre dernier, dans la loi de finances pour 2015, c’est l’augmentation du prix des paquets de cigarette, qui a été stoppée net et aujourd’hui c’est la défense de l’œnotourisme, qui justifie d’assouplir la loi Evin sur la publicité et l’information sur le vin. Une plus grande transparence sur l’influence des lobbies sur ces deux sujets serait la bienvenue. Le Groupe de l’UNAF a voté l’avis.

@ : cmenard@unaf.fr


Image : Logo du CESE
Haut de page