L’UNAF rencontre Najat Vallaud Belkacem, Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

14/09/2015

Participants à la rencontre

Mardi 8 septembre, la Présidente de l’UNAF, Marie-Andrée Blanc, Rémy Guilleux, Vice-président, Président du département "Education-Jeunesse", Guillemette Leneveu, Directrice générale et Patricia Humann, Coordonnatrice du pôle "Education - Jeunesse" ont rencontré la Ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, accompagnée d’Alice Giralté, Conseillère en charge de la vie scolaire, de la prévention des violences scolaires et des relations avec les parents d’élèves.

L’UNAF a rappelé sa volonté de contribuer au rapprochement des familles et de l’Ecole en se rapprochant des établissements, en s’appuyant sur l’agrément de l’UNAF comme association complémentaire de l’enseignement public, notamment pour participer à l’animation des « espaces parents », afin d’animer des séances auprès des parents sur des thématiques variées qui les concernent : internet et téléphone portable, addictions, apprentissage du français … Si l’on veut que les savoirs délivrés à l’Ecole prennent sens dans les familles, il est en effet fondamental de travailler ensemble.

La Ministre a proposé que l’UNAF devienne « ambassadeur » pour l’action de « réserve citoyenne » mise en place (inscription de bénévoles prêts à intervenir auprès des enfants dans le cadre notamment des heures d’enseignement civique nouvellement dégagées à tous les niveaux de la scolarité). A ce jour 5000 candidats ont été enregistrés. Selon la ministre « C’est aussi une manière, pour la société civile, de mieux se rendre compte de ce qui se fait dans l’école ». La Ministre a considéré que l’UNAF, les UDAF, et les associations familiales qui les composent pouvait être un partenaire à part entière.

Les thèmes suivants ont par ailleurs été abordés :
- La réforme des rythmes scolaires : S’appuyant sur les résultats d’une enquête à laquelle 4000 familles ont répondu, l’UNAF a indiqué à nouveau que certaines organisations choisies par les communes et les écoles ne correspondaient plus à l’esprit de la réforme initiale, que l’UNAF considérait de manière favorable, et à une régularité de rythmes pour l’enfant sur 5 jours (par exemple lorsque les nouvelles activités périscolaires sont rassemblées sur une seule demi-journée).
Elle a par ailleurs signalé le coût pour les familles des nouvelles activités périscolaires, qui peut priver les enfants des familles les plus en difficulté.

La Ministre a exprimé son accord sur le premier point, notant que certaines collectivités locales comme Marseille revenaient à une meilleure organisation du rythme sur la semaine. Sur la question du coût, la Ministre comprend un coût symbolique modique et fonction du quotient familial mais pas que les familles soient prises en otage du fait de considérations politiques.

- La pré-scolarisation avant 3 ans. L’UNAF a regretté que, dans certains départements, il n’y ait pas cette possibilité offerte aux familles qui le souhaitent, qui vont, du fait de la réforme du congé parental, avoir besoin de modes de garde supplémentaires. De son côté, la Ministre a noté que certaines classes ouvertes n’accueillaient pas suffisamment d’élèves. Davantage d’information devrait être délivrée aux familles concernées sur ce sujet.

- Le numérique a été évoqué avec le rappel, par l’UNAF, de son action auprès des familles : reconnaissance de l’intérêt des outils mais mise en exergue auprès des parents des risques pour les adolescents. La Ministre a rappelé que les téléphones portables devaient être éteints en classe et que le ministère lutte contre le harcèlement (notamment avec utilisation des TIC). Une journée, le 5 novembre, et une communication, seront d’ailleurs consacrées à la lutte contre le harcèlement y compris « hors les murs » des établissements.

- L’étude qualitative n°11 de l’UNAF, réalisée auprès des parents immigrés montrent les fortes attentes des parents vis-à-vis de l’Ecole, avec un souhait de plus de discipline. Concernant les associations familiales, un rôle d’accompagnement sur le long terme est attendu, notamment pour l’apprentissage du Français. L’UNAF a exprimé le souhait que les UDAF et associations familiales puissent participer à la mobilisation nationale d’accueil des migrants.

@ : phumann@unaf.fr


Image : Participants à la rencontre
Haut de page