Projet de création d’un réseau d’entraide pour les familles monoparentales : L’UNAF participe à une table ronde en présence de Laurence Rossignol

14/09/2015

Photo des participants

Le 10 septembre 2015, la Présidente de l’UNAF, Marie-Andrée Blanc, accompagnée de David Pioli, coordonnateur du pôle "Droit - Psychologie - Sociologie de la Famille", a participé à une table ronde organisée par Mme Laurence Rossignol, Secrétaire d’État à la Famille, aux personnes âgées, et à l’autonomie, consacrée au projet de création d’un réseau d’entraide pour les familles monoparentales.

Ce projet répond à 3 objectifs principaux :

- Soutenir les parents isolés dans leur rôle parental, notamment en leur permettant de se reposer et de disposer temps pour s’investir dans leur vie sociale, professionnelle ou citoyenne ;
- Permettre aux enfants issus de familles monoparentales de s’appuyer sur un autre adulte que son parent pour s’épanouir et grandir ;
- Permettre aux bénévoles engagés dans ces actions de faire bénéficier les familles monoparentales de leurs compétences et connaissances éducatives et de valoriser leur engagement.

Cette rencontre a été l’occasion, pour la Présidente de l’UNAF, de présenter sa vision du projet, mettant notamment l’accent sur la nécessité d’organiser ce réseau autour d’une logique d’entraide entre les familles.

Pour l’UNAF la première préoccupation du réseau devrait être d’offrir aux parents des solutions pratiques à un besoin basique : avoir du temps, pour soi, mais aussi éventuellement avoir un temps privilégié, de qualité, avec son enfant ou l’un de ses enfants. Chaque parent concerné devrait être en mesure de recevoir mais aussi d’offrir.

Elle estime en outre important que ce même réseau soit en mesure d’orienter les familles concernées vers les actions et les dispositifs préexistants (parrainage de proximité, REAAP, aide aux devoirs …), mais sans pour autant les dénaturer.

Il ne faut pas confondre le besoin du parent et celui de l’enfant. Pour exemple, tout parent souhaitant avoir du temps n’a pas forcément besoin d’un « parrain » pour son enfant – ou plus exactement, tout enfant de parent désirant souffler n’a pas besoin d’un parrain.

Pour ce faire, l’UNAF est favorable à l’idée de la Ministre de créer une plateforme nationale pluri partenariale. L’UNAF souhaiterait que ce réseau se structure à partir des ressources associatives déjà présentes sur le terrain, et qu’il se déploie dans un premier, à titre expérimental, sur un nombre restreint de territoire.

@ : dpioli@unaf.fr


Image : Photo des participants
Haut de page