Chiffre clef de la semaine

Résultats faibles en mathématiques : plus de 8 fois plus fréquents chez les éleves défavorisés que chez les élèves favorisés

15/02/2016

Chiffre : x8,7

Selon les données d’un rapport basé sur les études PISA 2012 de l’OCDE paru en février 2016, la France est un des pays développés où l’impact de la situation socio-économique des élèves est le plus considérable sur les résultats en mathématiques.

Ainsi, au sein du quart le moins favorisé des élèves, 40,3% des éléves sont peu performants en mathématiques, contre 4,7% du quart le plus favorisé, soit plus de 8 fois plus.

C’est plus du double de la moyenne de l’OCDE (3,9), et presque le triple de la situation en Suède.

A noter : l’impact des conditions socio-économiques est beaucoup plus marqué que celui de la structure familiale. Les enfants de famille monoparentale ne sont que 1,3 fois plus souvent "peu performants" que les enfants de famille biparentales.

Définitions :

L’OCDE a conçu un indice Pisa de statut économique, social et culturel qui permet de comparer la réussite des élèves selon leur situation socio-économique. Cet indice synthétise "des informations fournies par les élèves sur la profession et le niveau de formation de leurs parents, ainsi
que sur les biens culturels et les ressources pédagogiques dont ils disposent à la maison."

Les "élèves favorisés" sont ceux qui se situent dans le quartile supérieur de la répartition SESC
de leur pays ; les élèves défavorisés sont ceux qui se situent dans le quartile inférieur. "


Image : Chiffre : x8,7
Haut de page