Assemblée plénière du CESE : L’impact du chômage sur les personnes et leur entourage - Les circuits de distribution des produits alimentaires

17/05/2016

Logo du CESE

· L’impact du chômage sur les personnes et leur entourage : mieux prévenir et accompagner,
· Les circuits de distribution des produits alimentaires,
tels étaient les deux sujets portés à l’ordre du jour de l’assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental qui s’est tenue les 10 et 11 mai derniers.

L’impact du chômage sur les personnes et leur entourage : mieux prévenir et accompagner

Déclaration du groupe de l’UNAFl)

A l’heure où le Sénat met en place une commission d’enquête sur les chiffres du chômage en France et dans les pays de l’Union européenne, ainsi que sur l’impact des réformes mises en place par ces pays pour le faire baisser, il nous semble également important de mesurer son impact sur les personnes et leur famille. L’avis met en lumière les multiples facettes malheureusement trop nombreuses de ce fléau pour notre pays.

Le Groupe de l’UNAF soutient les préconisations de l’avis et tient à mettre l’accent sur certaines d’entre elles.

L’avis attire l’attention sur les coûts indirects du chômage notamment sur l’Assurance maladie. Le Groupe de l’UNAF soutient la nécessité de diligenter des études pour déterminer ces coûts et ainsi pouvoir conforter une politique publique de prévention des effets sanitaires du chômage. C’est une démarche d’investissement social, qui est mise en avant pour rééquilibrer les politiques en faveur des actions préventives plutôt que des seuls aspects curatifs. L’avis détaille l’impact du chômage sur la famille : un aspect peu et mal pris en compte. Or la famille constitue la première cellule de la société. Il nous apparaît donc important que soient reprises dans un même document, les études existantes de l’impact sur la stabilité des couples, sur le rôle de parent, sur l’équilibre des enfants ou encore sur l’agrandissement de la famille. Le Groupe de l’UNAF tient à souligner à cette occasion que certaines études mériteraient d’être actualisées.

Pour répondre aux difficultés que les familles peuvent rencontrer face au chômage d’un parent, l’avis met en avant la nécessité d’informer sur l’existence des dispositifs de soutien à la parentalité. L’universalité de cette politique pour toutes les familles est le plus sûr moyen, sans stigmatiser les familles les plus en difficulté, de les amener à utiliser ces dispositifs. Enfin, face à la réalisation retardée de leur désir d’enfant chez les jeunes familles touchées par le chômage, le Groupe de l’UNAF soutient pleinement la préconisation, qui appelle au retour du versement de la prime de naissance au 7e mois de grossesse et non pas après la naissance. Celle sur le développement de mode d’accueil des jeunes enfants permettant de faciliter la recherche d’emploi des parents demandeurs d’emploi doivent être mises en œuvre rapidement.

Le Groupe de l’UNAF a voté l’avis.

Les circuits de distribution des produits alimentaires

Déclaration du groupe de l’UNAFl)

« Le message adressé aux industriels et aux distributeurs a été clair : il n’y a aucune raison que les négociations commerciales en cours signifient a priori une baisse des prix par rapport à 2015 ... Les industriels doivent jouer la carte de la transparence avec les producteurs ... ». Tels ont été les propos du Premier Ministre sur l’état des négociations dans la grande distribution le 17 février dernier devant les députés.

Sommes-nous arrivés à un système de distribution des produits alimentaires à bout de souffle où les consommateurs ne trouvent plus la qualité des produits et où les producteurs n’ont plus les moyens de vivre de leur production ?

L’avis formule un certain nombre de préconisations pour redonner du sens à la distribution alimentaire en France. Cela passe par des changements importants des comportements des acteurs tels que les industriels, les distributeurs, les producteurs mais aussi les consommateurs que sont les familles.

Le Groupe de l’UNAF soutient dans leur ensemble les préconisations de l’avis et tient à mettre l’accent sur certaines d’entre elles.

La question de la lutte contre le gaspillage alimentaire est un point central dans la vie des familles. Chaque maillon de la chaîne alimentaire est en responsabilité pour réduire le gaspillage. Cette lutte ne repose pas que sur les seuls consommateurs. Le Groupe de l’UNAF soutient donc la préconisation visant au développement d’une économie de la prévention et de la gestion du gaspillage.

L’avis insiste à bon escient sur l’information du consommateur, sa nécessaire sensibilisation aux impacts de sa pratique d’achat et de consommation. L’alimentation a une valeur et la politique du prix toujours le plus bas n’est pas à même de reconnaître les différentes composantes de cette valeur : valeur nutritionnelle, valeur du travail, valeur environnementale et valeur patrimoniale et culturelle pour sa production. Il est essentiel que le consommateur puisse disposer d’informations suffisantes sur les composantes des produits.

Le Groupe de l’UNAF s’interroge sur la préconisation qui vise à inscrire sur les étiquettes un signe distinctif commun pour les produits relevant d’un signe officiel de qualité et d’origine. Cela ne va-t-il pas, au final, brouiller un peu plus l’information donnée au consommateur ?

Enfin, le Groupe de l’UNAF est sensible à la question de l’accès aux données concernant les consommateurs et leurs habitudes. Il est nécessaire d’encadrer la circulation de ces informations pour garantir le respect de la vie des consommateurs et la transparence des informations glanées à leur insu.

Le Groupe de l’UNAF a voté l’avis.

@ : cmenard@unaf.fr


Image : Logo du CESE
Haut de page