L’UNAF présente à la remise du rapport de Sylviane GIAMPINO sur le développement du jeune enfant à Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes

17/05/2016

Le lundi 9 mai 2016, Sylviane Giampino, psychologue pour enfants, psychanalyste, a remis son rapport sur le développement du jeune enfant – Mode d’accueil, formation des professionnels à Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes. Marie-Andrée Blanc, Présidente de l’UNAF, accompagnée de Philippe Vaur, Administrateur qui a participé aux travaux préparatoires, était présente à cette manifestation. Servane Martin, Chargée de mission "Petite enfance/parentalité" à l’UNAF les accompagnait.

La Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes a salué le travail réalisé : « Il est un véritable guide à destination de tous les acteurs de la petite enfance. Il sera d’ailleurs publié à la Documentation française et restera, je n’en doute pas, une référence essentielle en matière de petite enfance. »

Accéder aux discours de la ministre, aux rapports et à sa synthèse

Le rapport comprend 108 préconisations tout à fait intéressantes qui s’adressent aussi bien aux décideurs nationaux, locaux qu’aux professionnels de terrain.

L’un des constats majeurs du rapport est la nécessité d’apporter de la cohérence aux métiers de la petite enfance. L’idée n’est pas de remettre en cause les dimensions plurielles des métiers actuels (sanitaire, sociale, éducative) mais de travailler sur une culture commune (texte de cadrage national, journée d’échanges nationale, passerelles entre les métiers…). Sur ce point, Philippe Vaur, administrateur de l’UNAF, membre de la commission GIAMPINO, avait défendu, en séance, la nécessité d’harmoniser les formations initiales et de proposer un tronc commun aux différentes formations.

A noter la partie très intéressante concernant les relations avec les familles qui s’attache à rappeler les rôles de chacun. « Dans une clarté des positions et rôles entre parents et professionnels, favoriser non seulement une souhaitable convergence du projet pour l’enfant mais encore un enrichissement réciproque, dans une approche non normative et prévenante » (p 6 de la synthèse.) Plusieurs recommandations rejoignent les positions de l’UNAF notamment celle visant à « généraliser la place des parents dans les instances décisionnelles : conseils de crèches, conseils d’administration des associations et des crèches privées » (proposition 12).

Les assistants maternels ne sont pas oubliés dans le rapport, plusieurs préconisations les concernent : favoriser la formation continue, généraliser la présence d’un tiers dans le contractualisation et la relation employeurs/employés, mettre en place un système de dédommagement financier pour le manque à gagner lors de l’accueil d’un enfant qui empêcherait d’accueillir un autre enfant (exemple : situation de handicap).
L’UNAF, lors de l’audition, par Sylviane GIAMPINO, d’Alain Feretti, administrateur, avait défendu certaines de ces propositions et insisté pour que les assistants maternels, 1er mode d’accueil des enfants de moins de 3 ans après les parents, ne soient pas oubliés dans ce rapport.

Lors de son discours, la Ministre a annoncé la mise en place prochaine d’un plan d’actions sur les métiers de la petite enfance ayant pour objectif de structurer davantage les métiers de la petite enfance en leur donnant une identité commune et une impulsion nouvelle. Pour ce faire, la Ministre s’appuiera sur les deux premières recommandations du rapport, à savoir :
- l’élaboration d’un texte cadre national pour fonder une identité professionnelle commune aux acteurs de l’accueil du jeune enfant. La rédaction de ce texte sera confiée à la future commission Enfance du Haut conseil de l’enfance, des familles et des âges de la vie qui sera mis en place prochainement.
- organiser une journée ministérielle des professionnels de la petite enfance. Cette journée, qui sera annuellement consacrée aux métiers de la petite enfance renforcera cette identité commune au plan national comme au plan local, pour les acteurs qui souhaiteront se saisir de cette idée.

L’UNAF est satisfaite du contenu du rapport et portera une attention particulière au fait que les préconisations soient suivies d’effets.

@ : smartin@unaf.fr

Haut de page