L’UNAF et les UDAF, acteurs clefs des schémas départementaux des services aux familles

15/11/2016

Couverture du guide d’élaboration des schémas départementaux des services aux familles

Sur un même département, les services aux familles avec jeune(s) enfant(s) (Crèches, assistantes maternelles, etc…) et les dispositifs d’accompagnement des parents sont nombreux, mais ne sont pas forcément coordonnés entre eux. C’est pourquoi il a été décidé de "renforcer, coordonner et structurer l’action des acteurs par le biais de l’élaboration de schémas départementaux des services aux familles" (SDSF).

Jeudi 10 novembre, L’UNAF représentée par Guillemette Leneveu, Directrice générale, accompagnée de Servane Martin, chargée de mission petite enfance, participait à un temps d’échange national sur les schémas départementaux des services aux familles organisé par la Directeur général de la cohésion sociale (DGCS).

Cette réunion avait pour objectif de partager les résultats des différentes enquêtes menées sur les schémas par la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF), la DGCS, l’Association des maires de France (AMF), et l’UNAF et d’échanger sur la suite de la démarche (nouvelles recommandations, informations importantes à diffuser aux réseaux…)

Selon la CNAF, 67 schémas sont d’ores et déjà signés. Une étude-monographie sur 9 départements est en cours. La plupart des orientations nationales sur la petite enfance et la parentalité ont été reprises dans les schémas. Certains schémas vont au-delà du champ préconisé par le guide publié par la DGCS en y incluant les politiques en direction de la jeunesse.

L’UNAF a insisté sur l’intérêt de déployer ce dispositif sur l’ensemble du territoire et d’y associer étroitement les représentants des familles que sont les UDAF.

Outre une analyse de contenu des 12 premiers schémas départementaux des services aux familles signés en 2014, l’UNAF a présenté une enquête flash menée auprès de son réseau afin de connaitre le point de vue des UDAF sur la mise en place des schémas via un questionnaire en ligne en mai 2016.

Les UDAF sont associées dans la grande majorité des cas aux instances de gouvernance du schéma : 85 % des UDAF ayant répondu sont invitées aux réunions et 40% se sont vu confier une mission particulière, par exemple :

- Animer ou co-piloter des groupes de travail ;
- apporter une expertise particulière sur une thématique soit sous forme d’une audition particulière, soit par une présentation en groupe de travail ;
- être le relais auprès des associations familiales afin de mieux repérer les actions menées sur la parentalité ;
- confier un service ou la réalisation d’une action inscrite dans le schéma.

Une large majorité des UDAF ayant répondu (63%), estime avoir co-construit le schéma avec les partenaires. Cette co-construction est parfois difficile. Certaines UDAF interrogées ont souligné les délais imposés et des manques de concertation. Les réunions d’échanges ont parfois été jugées trop peu nombreuses, les schémas rédigés de façon trop précise avant le début de la concertation. Ainsi, c’est ¼ des UDAF enquêtées estiment n’avoir amendé qu’un schéma déjà bien abouti.

Le guide d’élaboration réalisé par la DGCS (Direction Générale de la Cohésion Sociale) indique que le texte des schémas départementaux doit être être "signé au minimum" par un certain nombre de membres du comité de pilotage du schéma, dont "le/la représentant-e de l’UDAF". Sur les 18 schémas signés couverts par l’enquête, 13 UDAF font partie des signataires, soit ¾ des cas étudiés. C’est donc une reconnaissance de la mission de représentation des familles. Au-delà de cette enquête, on dénombre plus de 20 UDAF signataires des schémas.

Concernant la plus-value pour le service rendu aux familles, les UDAF ayant répondu restent en grande majorité très positives (62%). Un quart des UDAF enquêtées estiment que certaines conditions doivent être réunies pour que les schémas apportent une plus-value pour les familles. Elles évoquent principalement la question du partenariat et le suivi/l’évaluation. Les UDAF estiment que la concertation doit se poursuivre en aval.


Image : Couverture du guide d’élaboration des schémas départementaux des services aux familles
Haut de page