L’UNAF a participé au Forum organisé par le Secours Catholique : les « voix de la pauvreté en France »

06/12/2016

L’UNAF a participé au Forum organisé par le Secours Catholique le 17 novembre dernier, portant sur les « voix de la pauvreté en France ». + Lire.

Le rapport statistique présenté par le Secours Catholique concerne les populations accueillies qui, pour la majorité, ont des ressources faibles. Les études réalisées permettent d’analyser au plus près les situations y compris de celles des personnes non forcément connues (ex : personnes sans abri, sans papiers. .).

Si 1,5 million de personnes sont accompagnées par le Secours Catholique chaque année, près de 9 millions vivent pour la plupart en situation de pauvreté en France (seuil situé à 60 % du revenu médian selon les données 2014 de l’INSEE) [1]

Malgré les efforts entrepris, la pauvreté n’a pas reculé depuis 10 ans, les personnes ne sont pas véritablement associées aux efforts entrepris et il manque une mobilisation suffisante de la part de la société. Il est noté une précarisation accrue :
- des femmes seules avec enfants ;
- des familles avec enfants, soit 52% des personnes reçues (difficultés associées aux ruptures, chômage, séparations...)
- des personnes étrangères ayant un moindre accès aux droits et une précarisation monétaire renforcée.

L’isolement social, la marginalisation des territoires -désertification des services publics, perte d’emploi dans le rural- ont été pointés.

L’importance d’être écouté, de partager et d’être reconnu est ressortie des témoignages recueillis par le Secours Catholique.

Les participants à cette journée ont souhaité qu’une attention soit portée à la situation des retraités pauvres. Ils ont été invités à se saisir du manifeste intitulé « Ensemble construire un monde juste et fraternel » afin de le faire partager par les acteurs : citoyens, associations, syndicats, élus, ...

Durant les tables rondes suivies d’échanges, a été pointée l’importance de partir des besoins et d’associer les personnes, de lutter contre le non-recours, d’agir par le diagnostic partagé, d’enrayer la difficulté d’accès aux droits, de prendre en compte les expériences positives pour les développer (avec l’exemple des coopératives d’activité et d’emploi), de maintenir le contact humain avec les personnes.

Une Table ronde a accueilli des responsables politiques et des personnalités élues, dont Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion.

L’UNAF, représentée par Hélène Marchal, chargée de mission, a participé à un des ateliers portant sur la lutte contre les préjugés.

Rapport en ligne.

@ : hmarchal@unaf.fr

[1] NB : « Au seuil à 50 % du niveau de vie médian - seuil plus restrictif mais sans doute plus conforme à la réalité sociale de la pauvreté - notre pays compte déjà près de 5 millions de pauvres » - Source Observatoire des inégalités

Haut de page