Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Rcherche

L’UNAF a participé au comité de suivi national de l’expérimentation sur le choix de la voie d’orientation par la famille

07/03/2017

Patricia Humann, coordonnatrice du pôle "Ecole - Petite enfance - Jeunesse" à l’UNAF, était présente le lundi 27 février au comité de suivi national de l’expérimentation sur le choix de la voie d’orientation par la famille au Ministère de l’éducation nationale.

Cette expérimentation, qui vise à mieux impliquer les élèves et leurs parents dans le choix d’orientation après la 3ème, concerne 21 académies et 445 établissements. Elle a duré 3 ans et la loi Egalité et citoyenneté de 2017 permet de reconduire l’expérimentation pour 2 ans.

Un des principaux enseignements de cette expérimentation est qu’il est possible et souhaitable de mieux associer les parents tout au long de l’année de 3ème afin qu’il y ait davantage d’orientations choisies, en fonction des capacités réelles et des souhaits des jeunes, sans notamment d’auto-censure liée par exemple à la catégorie socio-professionnelle des parents.

Cependant, les parents, s’ils adhèrent à ce projet de décider « in fine » pour leur enfant, demandent à être conseillés et accompagnés dans ce choix. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé dans les établissements, avec une forte implication de l’équipe pédagogique et de professeurs principaux, qui ont pu leur fournir d’avantage d’informations sur les débouchés de telle ou telle filière, le taux de réussite… Cette expérimentation a parfois permis que les parents s’associent entre eux, par exemple, pour créer une banque de stages pour les jeunes.

D’une manière générale, il semble que davantage d’élèves choisissent la voie générale et technologique en sachant que cela leur donne du temps dans le choix d’un métier pour lequel ils ne sont pas encore décidés, et que des passerelles entre les voies existent.

Pour d’autres élèves, au contraire, la voie professionnelle a pu être choisie, les parents étant rassurés sur la possibilité d’accéder au supérieur (notamment aux BTS) à l’issue d’un bac professionnel.

L’expérimentation a aussi permis d’interroger les procédures d’orientation entre le collège et le lycée. Elle n’a cependant malheureusement pas d’impact sur l’affectation qui dépend encore trop de l’adéquation de l’offre et de la demande dans un territoire donné.

Cette expérimentation intervient par ailleurs à un moment où les redoublements sont supprimés pour motif de choix d’orientation non conforme (décret n° 2014-1377 du 18 novembre 2014 relatif au suivi et à l’accompagnement pédagogique des élèves), où un parcours d’orientation « parcours avenir » est mis en place dans les collèges en lien étroit avec les entreprises, pour acquérir une connaissance du monde socio-économique, rencontrer des acteurs, faire des stages…

@ : phumann@unaf.fr

Haut de page