L’UNAF a participé à la réunion du Haut Comité de la qualité de service dans les transports

21/03/2017

Illustration article

L’UNAF a participé à la réunion du Haut comité de la qualité de service dans les transports le 9 mars dernier.

En 2016, un bilan général de la qualité de service des transports de voyageurs a été effectué. Les taux d’annulation et de retard sont en augmentation pour le transport aérien, avec toutefois des disparités selon les vols et fréquentations (vols intérieurs, moyens courriers).

En ce qui concerne les modes ferroviaires :
- les liaisons les moins ponctuelles concernent les longs trajets (de province à province, de nuit) avec toutefois un taux d’annulation en baisse (inter cités), mais une légère augmentation des taux de retard ;
- une meilleure ponctualité concerne les liaisons courtes de province à province et de Paris à province (ferroviaire) et celles transversales pour l’aérien (province - province hors Paris). Les raisons en sont, pour partie, la gestion du trafic (ferré : interactions avec le Fret, les TER, les travaux), mais aussi associées aux infrastructures, externes (grèves, intempéries).

Une dégradation du taux de régularité est constatée (RER) en Ile-de-France, ainsi que sur les lignes du Transilien, avec des causes associées à l’exploitation (lignes denses) et la fiabilité du réseau. Les associations ont soulevé les difficultés des usagers des trains dans certaines régions (ex : région Est), en raison des travaux et demandé que plus d’actions soient engagées sur celles-ci.

Une présentation des causes des retards TER a été faite en lien avec les Conseils régionaux : les résultats de ponctualité sont différents entre régions avec des causes diverses :
- externes (Languedoc Roussillon, Rhône- Alpes), dues aux infrastructures (ex : Aquitaine, Limousin),
- à la gestion du trafic ou la prise en compte voyageurs (Poitou-Charentes [1], Bourgogne, Franche- Comté, Rhône – Alpes),
- à la gestion des gares, aux matériels et qui restent à approfondir (Rhône – Alpes, Languedoc- Roussillon, Limousin).
Les causes premières demeurent les causes externes et l’infrastructure. Les associations ont soulevé les questions :
- de la prévention des accidents aux passages à niveau (des actions sont en cours) ;
- des mesures prises face aux problèmes rencontrés des matériels TER (ex : « deshuntage » [2]) : ceci est effectué.

Une présentation des différents niveaux de performance de plusieurs compagnies aériennes et aéroports a ensuite été faite. L’analyse sera poursuivie pour des actions de progrès.

Parmi l’actualité à venir de l’AQST figure la qualité de service des autocars, du transport maritime, des transports collectifs urbains (métro, Tramway, bus).

Les résultats d’une enquête portant sur l’évolution des besoins des voyageurs et les spécificités d’une mobilité « porte à porte » intégrant au moins un trajet au moyen d’un service régulier de transport en commun ont été présentés. Il est constaté que les déplacements ne peuvent pas tous être réalisés par les Transports Collectifs par manque d’accessibilité, de connaissance du réseau, ou de son inadéquation aux demandes (ex : début, fin de service, offre moindre de week-end, ...). Ces situations concernant l’ensemble les usagers, des évolutions sont nécessaires pour rendre les transports intermodaux (parcs relais, une billettique commune,…). Les enjeux futurs concernent la qualité de service : équipements, services alternatifs, et complémentaires (ex : cyclistes et TC), l’accessibilité.

[1] Les limitations temporaires de vitesse ont impacté le trafic

[2] a concerné certains types de matériels TER (ex X73500 mais pas seulement) : le train étant à plusieurs reprises hors des écrans de contrôle entraînant des risques avec un autre train ou un véhicule à un passage à niveau

Haut de page