L’UNAF présente à l’installation du Comité national de la Biodiversité : les familles parties prenantes de la nouvelle politique de la biodiversité

27/03/2017

La France enfin prête pour défendre sa biodiversité : le Comité national de la Biodiversité a été installé le 23 mars 2017. Les familles sont reconnues parties prenantes de la nouvelle politique de la biodiversité.

L’UNAF, représentée par Simone Sitbon, chargée de mission au pôle "Habitat - Cadre de vie - Environnement - Développement durable" a été invitée à assister à la réunion d’installation du Comité national de la Biodiversité (CNB) qui s’est tenue le 23 mars 2017 sous la présidence de Barbara Pompili, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité. La Ministre a reconnu que le décret de la constitution du CNB a mis beaucoup de temps à paraître (17 mars 2017) depuis la promulgation de la loi sur la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, du 8 août 2016.

Ce délai a permis de finaliser un dispositif unique et ambitieux de préservation de la biodiversité qui s’appuie au niveau national, en termes de gouvernance, sur un organisme technique, l’Agence française pour la Biodiversité (inspiré du modèle de l’ADEME) et un organisme consultatif, sorte de Parlement de la Nature (inspiré du Comité national de l’Eau), le CNB.

Ces deux organismes vont connaître une déclinaison régionale avec les Association des Régions de France (ARF) et les CRB (comité regionaux).

Les territoires d’outre-mer seront également pourvus plus spécifiquement de ces structures décentralisées. Ils sont particulièrement concernés par la diminution de leur faune et flore et de leurs espèces marines. En ce qui concerne le CNB, il est doté de moyens conséquents au regard de ses missions, ce qui a été une préoccupation constante des parties prenantes chargées de réfléchir à sa préfiguration. Notons que la défense de la biodiversité s’inscrivait déjà dans des accords internationaux et des contraintes réglementaires européennes auxquels la France est largement soumise. Néanmoins, elle a choisi d’aller plus loin. La France s’est dotée d’une stratégie nationale qui s’articule autour de la préservation des 4 services essentiels que rend la Nature : pourvoir à notre approvisionnement en ressources naturelles (alimentation, matériaux de construction, énergies, …), réguler notre environnement (air, eaux, sols), constituer une partie de notre patrimoine culturel que nous transmettrons aux générations futures (paysages, …) et garantir notre bien-être et prévenir notre santé.

Cette stratégie privilégie 5 axes d’actions :
- mettre en œuvre les directives habitats naturels et oiseaux,
- rétablir les écosystèmes endommagés,
- rendre durable l’Agriculture, la Forêt et la Pêche,
- lutter contre les espèces exotiques envahissantes,
- renforcer la coopération.

Cette dynamique s’est construite avec la volonté des parties prenantes convaincues que la biodiversité, c’est l’affaire de tous et que le dialogue entre elles, pour donner avis aux pouvoirs publics, est la clé de la réussite de cette nouvelle politique publique.

L’UNAF y a activement participé, l’importance de l’engagement des familles a été reconnue et ainsi une place de droit lui a été attribuée au sein du Comité national de la Biodiversité. Le travail est de taille, celui de la sensibilisation de toutes les familles pour l’action, le réseau des UDAF/URAF/UNAF a toute sa place dans cette pédagogie.

Contact : ssitbon@unaf.fr

Haut de page